JPO – Le web, secteur d’avenir pour les journalistes ?

0
94

A l’heure du passage au numérique, beaucoup de futurs journalistes se posent des questions concernant l’évolution de la presse écrite vers le web.  Flavien Plouzennec, responsable de la cellule web Var Matin explique ce phénomène.

EDJ GROUPE : Depuis ses débuts, votre site web est-il en croissance constante ?

Flavien Plouzennec : Chaque année nos visites sur le site sont multipliées par deux. Nous avons en moyenne 70 000 visites/jour, ce qui nous fait un million de visites par mois. Nos statistiques prennent en compte les visiteurs uniques pour les quatre rédactions confondues (Corse Matin, Nice Matin, Var Matin et Monaco Matin). Malgré tout le chiffre d’affaires du web pour le groupe reste minime, c’est moins de 10% par an. La suppression totale du papier n’est donc pas prévue avant au moins 15 ans.

EDJ GROUPE : Comment gérez-vous l’information entre version papier et web ?

Flavien Plouzennec : L’idée aujourd’hui c’est que lorsque le sujet est très intéressant on peut envoyer plusieurs journalistes. Un qui s’occupe du papier presse écrite et un second du reportage image ainsi que de la partie web. Quand un sujet doit être traité dans l’immédiat, une brève est d’abord publiée en direct par le journaliste sur le web puis un papier plus complet et approfondi suit dans la journée.

EDJ GROUPE : L’utilisation des réseaux sociaux est-elle proéminente?

Flavien Plouzennec : On se sert énormément des réseaux, c’est une partie non négligeable de notre audience. Nous avons plus de 15 000 personnes qui nous suivent sur Twitter. En ce qui concerne Facebook c’est un très bon outil, c’est un lieu d’échange. Les gens réagissent aux publications, témoignent. Un réel atout pour compléter nos sujets ou même nous donner des idées et des informations. Ce sont des informateurs de proximité.

EDJ GROUPE : Quels changements allez-vous apporter prochainement à vos rédactions pour une meilleure efficacité numérique?

Flavien Plouzennec : Le «  tout numérique » n’est pas encore pour demain, mais nous formons les journalistes. En avril 2013, nous aurons mis un place un système pour permettre plus d’autonomie à chaque édition. Elles pourront publier quelques articles par elles-mêmes. En septembre 2013, chaque locale postera en temps réel ses publications sans passer par la cellule spécialisée.

EDJ GROUPE : Selon vous, le web est-il une source d’emploi pour les journalistes ou va-t-il en faire disparaître ?

Flavien Plouzennec : Une disparation des emplois serait une erreur stratégique. Je pense qu’il faut au contraire en créer pour pouvoir avoir plus de contenus informatifs. Pourtant, c’est une question en suspens pour l’ensemble des sites internet d’actualité.

EDJ GROUPE : Y-a-t-il un profil type recherché pour travailler sur le web ?

Flavien Plouzennec : Les pluri-medias sont tout de suite très intéressants. Les JRI (journaliste reporter d’images) sont très recherchés. Nous voulons des « touche-à-tout » même si on ne peut pas être excellent partout il faut être débrouillard et s’intéresser à tout.

Laury Holste et Paola Di Luca

QUI EST LE JOUNALISTE WEB ?

Tout comme le journaliste de presse écrite, le journaliste web doit collecter l’information et la vérifier pour ensuite la transmettre à ses lecteurs. Seul le support de publication diffère à première vue.

Pourtant les outils numériques sont considérés comme des bases nécessaires pour lui. Le codage des sites, l’utilisation de logiciels informatiques spécialisés ainsi que la mise en page doivent être maitrisés à la perfection. Il doit être connecté en permanence sur les réseaux sociaux afin de suivre l’information en temps réel et assurer son rôle de journaliste. Savoir animer une conversation sur Facebook ou interagir sur Twitter est nécessaire dans les métiers du web ou de l’audiovisuel. Les rédactions recherchent des profils débrouillards, réactifs, en bref opérationnels à tout moment. Un journaliste prenant des initiatives est un journaliste qui réussira sur le web. L’univers journalistique est en mouvement permanent, il faut donc s’adapter à toutes les mutations. La polyvalence est élémentaire. Le journaliste web doit être bon partout puisque la plateforme en ligne compile tous les supports classiques : radio, télévision et presse écrite.