Le Téléthon doit-il financer les recherches sur les cellules souches embryonnaires ?

0
375
Campagne de sensibilisation de la fondation Jérôme Lejeune

La recherche sur les cellules souches embryonnaires divise. Le Téléthon, qui débute ce soir, y consacre une partie des dons récoltés. Entre obscurité et problème d’éthique, beaucoup dénoncent certains objectifs méconnus de l’organisation.

Campagne de sensibilisation de la fondation Jérôme Lejeune

86 millions d’euros, c’est le total des dons qu’a reçu le téléthon en 2011. Au total, 81,7 % de l’argent récolté est consacré aux missions locales qui comprennent la recherche, les essais thérapeutiques, l’accompagnement des familles et la communication.

Pour Marie-Hélène Moulin, pasteur de l’église protestante La Bonne Nouvelle à Nice, « l’appel au rassemblement et à la mobilisation est louable. Seulement, le téléthon cherche à apporter des solutions en touchant aux cellules souches ». Selon elle, ces pratiques constituent des dérives éthiques. « Les embryons sont, notamment pour l’Eglise, des être-humains, alors comment peut-on les tuer légalement ? » s’interroge t-elle.

L’Eglise s’oppose régulièrement à ces recherches qu’elle considère comme étant une atteinte à la vie humaine.

La fondation laïque Jérôme Lejeune est reconnue d’utilité publique depuis 1996 et rejoint ce point de vue. Elle agit pour les personnes atteintes de maladies génétiques de l’intelligence. Elle déclare être contre certaines attributions de financement issus de la collecte du Téléthon.

Pour eux, le Téléthon soutient des travaux de recherche contestables sur le plan éthique et scientifique. Ils ont récemment lancé une campagne de sensibilisation « Vous trouvez ça normal ? ». Ils y dénoncent notamment les recherches sur les cellules souches ainsi que la favorisation des diagnostics préimplantatoire et prénatal qui reviennent à éliminer les personnes porteuses de maladies.

« Aujourd’hui, la recherche embryonnaire est interdite.

Il existe uniquement des dérogations pour certains chercheurs » explique une employée de la fondation.

« La communication du téléthon est aussi un réel problème. Personne ne sait où vont précisément les dons. Le grand public n’a pas conscience de ce à quoi il participe et qu’une partie de son argent va a la recherche sur les cellules souches embryonnaires » insiste t-elle.

En France, la loi demande aux chercheurs de ne pas utiliser de cellules souches embryonnaires lorsque c’est possible. Seulement, les recherches sur embryon humain ne coûtent rien tandis qu’un embryon animal coûte très cher. Selon la fondation Jérôme Lejeune, beaucoup de scientifiques ne cherchent donc pas à faire autrement. Ils ont donc attaqué en justice trois programmes de recherche différent et en ont fait annuler un.

De nouvelles avancées médicales rendent inutile l’utilisation de cellules souches embryonnaires

Shinya Yamanaka, prix Nobel de médecine cette année, a découvert une alternative à l’utilisation de cellules souches embryonnaires. Il s’agit des cellules iPS ou reprogrammées. Ces dernières permettent donc de ne pas détruire d’embryon. Sa technique : faire rajeunir une cellule de peau (par exemple) grâce à un cocktail de vitamine et, ainsi, obtenir une cellule permettant les mêmes recherches que celles issues d’embryons. Leur but est d’arriver, à terme, à recréer des organes à partir de ces cellules. Les iPS ont plusieurs avantages, notamment celui d’effacer la possibilité de rejet de la part du malade, puisque ce n’est plus un corps étranger qui lui est greffé.

Les donateurs du Téléthon devraient logiquement savoir et assumer ce qu’ils financent. Aujourd’hui, ce n’est souvent pas le cas.

Encadré : 

Le Sénat a adopté le 4 décembre dernier une proposition de loi « autorisant la recherche sur l’embryon humain et les cellules souches embryonnaires ». L’Assemblée devrait donc se prononcer dans les semaines qui viennent.

Pour la Fondation Lejeune, « c’est le principe de protection de l’être humain qui est sur le point de devenir une exception ».

 

Martin Alargent