Le ski au galop !

0
302

A la découverte du ski-joëring ! Euh… Du ski-quoi ? « Le ski tracté » traduit littéralement est une activité de glisse où les skis sont attelés à un ou plusieurs chevaux. Cette pratique d’origine scandinave a conquis la station de la Colmiane, près de Nice.De la glisse, des chevaux et le paysage des hauteurs de Nice… Pour ceux qui veulent sortir des sentiers battus, la pratique du ski-joëring est particulièrement recommandée. Cette activité a gagné la station de la Colmiane au coeur du parc national du Mercantour. Cette discipline est remise au goût du jour par des passionnés comme Marc Ducrez mais n’est pas encore répandue. En effet, cette initiative reste unique dans les Alpes-Maritimes.

L’idée est de vivre une activité fun, qu’est la glisse, tout en gardant ce contact privilégié avec son animal. Le guide propose un parcours au cœur de la nature, tracté par des chevaux, loin des foules et des pistes encombrées. « Nous effectuons surtout des balades dans les forêts pour découvrir le paysage mais nous pouvons aussi faire des acrobaties et moduler la vitesse. On s’adapte aux envies des personnes. »

Ski-joëring pour tous

Capable d’emprunter un remonte-pente et de tenir sur des skis ? C’est suffisant pour pratiquer le ski-joëring. Maya est conquise. Pour 25 euros de l’heure, cette maman a retrouvé les joies de la neige et de la montagne. « Je suis débutante en ski et j’avais envie d’une activité originale à pratiquer avec mes deux filles. Le ski-joëring m’a fait découvrir de nouvelles sensations de glisse. Et ce paysage, c’est épatant ! »

Marc Ducrez se réjouit de ce succès. « L’activité est de plus en plus demandée. Nous avons des réservations pour tous les week-end ! » Mais l’enthousiasme laisse vite place à l’agacement. « Le seul problème, c’est qu’il faut de la neige. Nous avons eu de la chance pendant les vacances de Noël mais la neige commence à manquer. Nous allons devoir annuler si ça continue. » Mais pas d’inquiétude, les futures chutes de neige du week-end devrait ravir les intéressés.

Julie Caron