Le retour de la vache folle ?

0
276

Le ministère de l’Agriculture l’a confirmé, un nouveau cas de vache folle a été détectée dans une exploitation des Ardennes. 20 après le premier cas détecté en Grande Bretagne , cette nouvelle suspicion d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), vient raviver le souvenir de cette crise sanitaire et alimentaire.

Cette nouvelle contamination a été confirmée le 23 mars, sur une vache destinée à l’équarrissage (traitement des animaux morts, non destinés à l’alimentation humaine). Ce bovin fait parti d’un élevage de 400 vaches. Dans l’attente de la suite de l’affaire, un arrêté préfectoral a préféré suspendre l’activité de l’éleveur. Depuis la première crise de la vache folle qui avait fait plus de 130 victimes (entre 1996 et 2003), le commerce de la viande bovine était soumis à une réglementation stricte. Le dernier cas d’ESB datant de 2011, en mai 2015, la France avait été requalifiée de pays à « risque négligeable » (par l’Organisation mondiale de la santé animale), ce qui lui permettait d’ouvrir son exportation de viande rouge à de nouveaux pays comme l’Arabie saoudite ou le Canada. Si ce cas est avéré, la France risque de repasser au statut de « pays à risque maîtrisé », et donc de perdre ces nouveaux marchés. Cette révélation pourrait sans doute venir porter le coup de grâce à une filière déjà en grande difficulté.

source : http://www.vie-publique.fr/chronologie/chronos-thematiques/crise-vache-folle-1985-2004.html

Cette maladie est causée par l’utilisation de farines animales (carcasses de bovins broyées) pour nourrir les vaches. Chez l’homme, une fois la viande ingérée, elle déclenche la maladie de Creutzfeldt-Jakob, dont l’issue est fatale.

Pierre Boussignac.