Le pays vençois plein gaz

0
234

Samedi à 13h30, les 149 engagés vont se lancer dans la première des huit épreuves chronométrés du parcours. Aucune erreur ne sera autorisée sur les 40 kilomètres de spéciales au programme du week-end. L’an passé, Michel Boetti et son copilote Lionel Delmas sur Peugeot 306 MAXI ont raflé la mise. « Cette année, le plateau est très relevé. On attend une grande bagarre car environ 15 équipages ont clairement les moyens de gagner. » se réjouit Ivan Cervelle, président de l’ASA Vence et organisateur.

Une fréquentation en constante augmentation

Sous la direction d’Ivan Cervelle, une nouveauté est à souligner cette année : « Nous avons innové au niveau du passage sur le podium sur la Place du Grand Jardin pour le départ. Cela dans le but d’aider les commerçants. » Aucune modification du parcours n’est à signaler, la mythique descente du col de Vence en nocturne le dimanche est toujours au programme. La Rallye de Pays Vençois, c’est également une centaine de bénévoles, cent commissaires de courses répartis sur toutes les spéciales, cinquante personnes au PC Course. Une organisation bien huilée tout au long de ce premier week-end de novembre. Pas étonnant donc qu’il soit l’un des rallyes les plus fréquentés en terme de participants.

La question de l’environnement dans tous les esprits

L’avenir du Rallye n’est pas seulement le souci des organisateurs ou des sponsors, mais aussi celui des spectateurs comme s’en inquiète Ivan Cervelle : « Le parcours traverse en partie un parc naturel. Il faut impérativement que les spectateurs respectent l’environnement et partent avec leurs poubelles. Sinon nous allons être sanctionné ». Dans les prochaines années, le parcours risque également d’être modifié, de plus en plus d’entreprises et de particuliers construisent dans l’arrière pays.

Martial Hespel