Le « Papy-boom » du foot

0
213

Robert Pires n’est pas encore à la retraite. A 37 ans, l’ancien joueur d’Arsenal, sans club depuis son départ en juin dernier de Villaréal, va retrouver la Première League sous les couleurs d’Aston Villa. Il s’est engagé avec le club dirigé par Gérard Houiller jusqu’à la fin de la saison. Une nouvelle jeunesse pour le champion du monde 98 qui espère s’inspirer des joueurs comme Claude Makélélé à Paris ou David Trezeguet à Alicante… En L1, rares sont les clubs qui, à l’instar du Paris-St-Germain, laissent une chance à des joueurs qui ont largement passé le cap de la trentaine. Robert Pires, 37 ans, en a fait l’amère expérience cette saison. Après avoir fait plusieurs appels du pied à certains cadors du championnat de France, le champion du monde 98 retrouvera finalement la Première League 4 ans après avoir quitté Arsenal. Après Reims, Metz, Marseille, Arsenal et Villaréal, il a signé jusqu’à la fin de la saison à Aston Villa, le club de Gérard Houiller.

Fort de ses 79 sélections en équipe nationale, Robert Pires espère amener toute son expérience à son nouveau club, actuellement 9e en championnat. «C’est un grand club. Je suis fier de jouer pour Villa et pour les fans. J’ai envie de dire à très vite à Villa Park», a-t-il déclaré. Le joueur français a encore des jambes et veut le prouver le plus rapidement possible. S’il a déclaré être apte pour jouer dès le prochain match contre Blackburn, il devrait plutôt effectuer sa rentrée la semaine suivante … face à Arsenal !

Une seconde jeunesse

« Ce transfert est une nouvelle chance et un nouveau défi pour moi » ajoute Robert Pires, qui avoue n’avoir jamais eu envie de raccrocher les crampons. Evoluer à haut niveau à plus de 35 ans est devenu courant ces dernières saisons pour des joueurs qui veulent s’offrir une seconde jeunesse. En France, c’est le PSG qui en a profité. Les arrivées de Claude Makélélé et Ludovic Giuly ont permis au club de la capitale de retrouver cette saison le haut du classement. David Trezeguet fait le bonheur du promu Alicante en Espagne où il retrouve ses sensations de buteur hors-pair, au point de poser officiellement sa candidature pour un retour en équipe de France. En Italie aussi, la chance est laissée à ces joueurs, à l’instar de Del Piero qui est cette année, à 36 ans, le « papy serial buteur » de la Juventus. Enfin, Ronaldo marque buts sur buts en championnat brésilien et a déclaré cette semaine être toujours sélectionnable pour le Brésil.

Attention néanmoins, la réussite connue par ces joueurs ne veut pas dire que tous les footballeurs ayant passé le cap de la trentaine réussiront leur dernier pari. Patrick Vieira, ancien capitaine de l’équipe de France ou Grégory Coupet rongent actuellement leur frein sur les bancs de Manchester City et du PSG. Sans oublier le cas Thierry Henry … le meilleur buteur de l’histoire du football français en sélection, arrivé à New-York cet été, n’est jamais parvenu à retrouver son niveau et a passé plus de temps à l’infirmerie que sur les terrains.

Meilleurs vieux à tous.

Pierrick Manin
AstonVillaHSS0809.gif