Le luxe résiste comme il peut

0
266

La salon Motortrade de Monaco ouvre ses portes aujourd’hui. Sa spécificité : le luxe, mais d’occasion. Parmi les concessionnaires locaux présents, tous n’ont pas encore digéré la crise. Derniers coups de polish. Le salon du véhicule d’occasion de Monaco ouvre tout juste ses portes.

En perte de vitesse, le marché de l’automobile français ne cesse de chuter. En novembre dernier, il encaissait une baisse de 10,8%. Une tendance qui ne se ressent pas forcement dans la vente des véhicules hautes gammes.

« Pas de soucis pour nos affaires ». Marc Azzopardi, concessionnaire chez Jaguar, affiche le sourire. Pour lui, les affaires fonctionnent  » comme si la crise avait disparu ». Présent au salon de Monaco, il n’affiche officiellement aucun objectif de vente :  » nous voyons plus le salon comme une vitrine ». De maigres ambitions qui ne l’ont pas pour autant empêcher d’envoyer un carton d’invitation à tout ses clients « habituels ».

Un contexte favorable. « Contrairement à l’immobilier, les voitures de collection ne sont pas assujetties à l’impôt sur la fortune ». Un argument de marque sachant que les prix des voitures de collection présentées au salon, tournent autour du million d’euros.

Des réactions mitigées

« Ce n’est pas encore ça ». Grégory Rougaignon, responsable de Monaco auto est beaucoup moins confiant. Contrairement aux gros concessionnaires, ce particulier dit  » avoir beaucoup plus ressenti la crise ». « Entre 2008 et 2009, j’ai perdu entre 10 et 15 % de mon chiffre d’affaires ». Aujourd’hui  » ça va un peu mieux, en espérant que ce ne soit pas un feu de paille ». Ses objectifs de vente sont maigres  » une voiture, c’est déjà pas mal ». Optimiste, il sait qui peut compter sur les résidants de la principauté  » Monao est une ville où il y a beaucoup de passionnés d’automobile ». Des passionnés au compte en banque bien fourni.

Victoria Kopiloff