Le journalisme au féminin

0
418

Le journalisme se féminise lentement mais surement. Depuis quelques années de plus en plus de femmes deviennent présentatrices, reporters ou encore JRI (Journaliste Reporter d’Image). 44% des journalistes en activité sont des femmes.

Certains secteurs sont particulièrement dominés par les hommes comme la presse quotidienne régionale avec 70% d’hommes ou les agences de presse. Paradoxalement, selon la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, les femmes représentent 54% des nouveaux entrants dans la profession. Le nombre de femmes est très légèrement en hausse. La féminisation de la profession est une constante depuis longtemps ; en dix ans le pourcentage de femmes est passé de 39,7% en 2000 à 44,9% en 2010.

Une technologie au service des femmes

L’évolution du matériel contribue à cette tendance. Entre 1960 et aujourd’hui, les reportages journalistiques ont connu plusieurs mutations, comme la vidéo et le numérique. Des  transformations qui ont participé à l’allègement du matériel et à la libération des contraintes de poids et de volume de l’équipement d’un reporter. Alors que les journalistes devaient transporter 300 à 400 kilos de matériel et tourner les reportages à plusieurs, désormais, un reporter part seul, caméra sur l’épaule. Une évolution qui favorise l’accessibilité du métier aux femmes. Alexandra, journaliste à Kiss FM, constate cette évolution : « les appareils sont de plus en plus petits grâce aux nanotechnologies, maintenant l’enregistreur tient dans mon sac à main. Je constate également qu’il y a de plus en plus de femmes en tant que reporter, alors qu’avant leur place de prédilection était présentatrice uniquement. »

Pour la nouvelle promotion à l’EDJ, la parité sera respectée, il y aura autant de filles que de garçons qui intégreront l’école pour la rentrée 2013. Une évolution par rapport à la promotion de cette année où le nombre de garçons domine largement.

                                      Katianne Oustric