Le DUC tireur d’élite

0
224

Le DUC Nice reçoit ce week-end la crème des boulistes européens à l’occasion de la treizième coupe d’Europe des clubs. Un seul objectif pour les six Niçois (Quintais, Suchaud, Lacroix, Cortes, Hervo, Montoro): devenir le club le plus titré sur la scène européenne.Elles seront quatre équipes à vouloir décrocher le titre de champion d’Europe ce week-end à Nice. Triple vainqueurs de la compétition (2004, 2008, 2009), le DUC Nice part favori pour décrocher un quatrième titre et devenir la seule équipe avec un tel palmarès (devançant le Groupe Nicollin Montpellier).

Loin de  »l’esprit vacances » de la pétanque arrosée à l’apéro en short à fleurs, bob et espadrilles, la compétition s’annonce âpre. D’autant plus qu’elle se tient après un break de quasiment deux mois dans le calendrier. Il est donc « difficile de remotiver les joueurs » selon le président Jean-Claude Muscat, qui sait que ses joueurs ne vont pas jouer en dilettante conformément à « l’esprit de compétition du DUC ».

« On craint toutes les équipes »

Cette Ligue des Champions de la pétanque qui rassemble les ténors européens promet d’être disputée. Un match à quatre entre les Niçois, Monaco, Bassens(club girondin, tenant du titre de la coupe de France), et le petit poucet finlandais du PSC Järvenpää.

Si le Duc peut se reposer sur « une pléiade de joueurs exceptionnels » emmenée par Philippe Quintais, Jean-Claude Muscat s’attend à batailler dans un tournoi, où une surprise est toujours possible. Bassens semble l’adversaire le plus dangereux, mais il faudra aussi compter sur Monaco. « Une équipe solide et avisée » qui pourrait bien être l’outsider le plus coriace.

Sans oublier les Finlandais du PSC qui, auréolés d’un titre de champion de Finlande, pourraient bien profiter des chocs entre gros pour se faufiler jusqu’en finale. D’où l’importance du tirage au sort qui aura lieu ce soir (18h), et qui « conditionne tout le tournoi ». Jean-Claude Muscat garde en effet à l’esprit la surprise des Italiens de Dronero venus rafler la coupe à l’encontre de tous les pronostics il y a deux ans.

« Un boulodrome exigeant »

Cette aubaine de gagner une troisième fois consécutive la coupe, qui plus est à domicile, les six joueurs niçois n’entendent pas la laisser passer. Les trois doublettes et deux triplettes en lice, en ont même fait leur objectif majeur de la saison. Mais pour cela, il faudra se tenir à carreau et viser juste.

La technique devra être irréprochable pour espérer remporter la mise. « Le boulodrome Henri Bernard est terrible, il est fait pour de grands techniciens ». Doté de gros tireurs le DUC va devoir dompter « un boulodrome exigeant ». Rien ne sera laissé au hasard, et la constance des pointeurs sera certainement la clé des rencontres.

Jean-Claude Muscat prévient que la surface en touvenent, propice aux faux rebonds, ne laisse aucune place aux approximations. Il faudra « taper les boules plein fer à 10 mètres, sous peine de ne pas les tirer », mais pas d’inquiétude « nos joueurs sont capables de toucher une clémentine à cette distance », affirme le président. Avant de sabrer le bouchon de la victoire, les boulistes niçois devront d’abord taquiner le « boutchin », si ils ne veulent pas avoir avec les boules. Quoi qu’il en soit le plaisir d’un rassemblement dans la convivialité reste l’essentiel et le président l’assure: « on ne va pas pleurer si l’on perd après tout ce qu’on a gagné ».

Thomas MICHEL