La vallée de la Tinée coupée du monde, à temps partiel

0
163
La RM 2205 après l’éboulement de samedi dernier. Crédit photo : Métropole Nice Côte d’Azur

Depuis samedi dernier, les habitants de la vallée de la Tinée sont bloqués. En cause, l’éboulement de 3000m3 de roches sur la RM 2205, seul axe routier liant Isola, Saint-Etienne-de-Tinée et Saint-Dalmas-le-Selvage au reste de la Métropole. Des ouvertures sont prévues les jours prochains.

« En 2000, on était resté bloqué 50 jours alors là, c’est plutôt court » rigole Jean-Pierre Issautier, maire de Saint-Dalmas-le-Selvage, commune bloquée par l’éboulement de 3000m3 de roches samedi dernier. La métropole Nice Côte d’Azur, responsable de l’axe routier et donc en charge des opérations de déblaiement a fait appel aujourd’hui à un géologue. Il devait étudier le terrain, se prononcer sur l’état des blocs rocheux restant et dire si la route pouvait rouvrir après de nombreux travaux de déblaiement. « Les gens veulent passer mais il faut le faire en toute sécurité » livre Thérèse Fabron, maire de Saint-Etienne de Tinée. Le verdict est tombé à la mi-journée. La route va rouvrir mais temporairement. De 18 heures à 20 heures aujourd’hui puis jusqu’à dimanche, trois fois par jour(1).

La RM 2205 après l’éboulement de samedi dernier. Crédit photo : Métropole Nice Côte d’Azur

Un blocage bien géré

Toujours étant que cela fait six jours que 1200 habitants de la vallée de la Tinée ne peuvent plus descendre de leur village. Une situation qui n’inquiète pas vraiment Jean-Pierre Issautier : « Les villages éloignés de tout comme nous, on ne fait pas notre marché le matin pour le midi, on a des provisions, des réserves ». Seul l’hôpital de Saint-Etienne a été réapprovisionné en nourriture, par les airs. Un hélicoptère a assuré le transport de fournitures mais a aussi permis à plusieurs personnes de quitter ou de rejoindre le site. « Les personnes qui devaient vraiment quitter le village ont été héliportées mardi » selon le maire de Saint-Dalmas. L’inverse est aussi vrai : le directeur du collège de Saint-Etienne par exemple, a pu rejoindre son lieu de travail, lui aussi via les airs. En tout, plus de cent personnes ont été héliportées.

Les opérations de déblaiement suivent leur cours

Depuis le début de semaine, le déblaiement des gravas a commencé. Il faut effectuer une purge du couloir tout en s’assurant qu’aucune autre masse rocheuse ne menace de se décrocher. « Jusqu’à présent, le confortement du terrain et le déminage se sont bien passés » révèle Thérèse Fabron. Les travaux ont même continué hier, jour de la Fête du travail, pour faire évoluer la situation au plus vite. « La Métropole et son président (Christian Estrosi, ndlr) nous ont quand même beaucoup soutenu pendant cet épisode » avoue Jean-Pierre Issautier. Une ouverture partielle de la route a donc été autorisée par le géologue présent sur les lieux. Mais pour le moment, aucune précision quant à la réouverture totale de la route n’a été communiquée.

(1) De vendredi à dimanche, la RM 2205 ouvrira de 6h30 à 7h30 puis de 12 heures à 12h30 et enfin de 18 heures  à 20 heures.

Guilhem Herbert