La polyvalence, une vraie nécessité

0
232

La profession du journalisme est en pleine évolution. Depuis le début du XXIème siècle et l’arrivée du numérique, c’est à un vrai bouleversement que font face les médias. Presse Ecrite, Radio, Télévision, tous ont dû s’adapter à Internet, et proposer de nouveaux services à travers leur propre site web, alimenté 24h/24 en informations, sons, images et en vidéos. La mission du journaliste est ainsi devenue plus complète. Désormais la polyvalence sur tous les supports est un élément indispensable.Qu’il est loin le temps où les seuls accessoires du journaliste étaient le carnet de note et le stylo. En quelques années, Internet a révolutionné le journalisme. Les rédactions ont adopté des nouveaux outils, permettant d’enregistrer la voix, de prendre des photos, de filmer des vidéos. Grâce au net, les médias racontent le monde de manière différente. Il a également fallu s’adapter aux nouveaux modes de consommation de l’information, comme le concept de diffusion « à la demande », via la VOD pour la télévision et les podcasts pour les radios.

Ce nouveau journalisme est devenu plus visuel, interactif, et se développe sur différentes plateformes. Prenons l’exemple de l’Equipe. Le célèbre quotidien sportif est toujours présent en kiosque, mais il a vu la naissance de ses acolytes L’EQUIPE.FR et L’EQUIPE TV. Chaque journaliste de presse écrite doit être capable de réaliser un compte rendu d’un match, mais également de mettre en ligne des photos, des vidéos, des infographies. Les entreprises de presse confrontent aujourd’hui les journalistes à un nouveau défi : traiter la même information sur des supports différents.

A l’image de l’EQUIPE, les médias sont désormais présents sur tous les supports.

De nouvelles compétences exigées

Cette révolution de l’information nécessite de nouvelles compétences, pour des journalistes parfois déboussolés. Dès l’année 2007, Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express lançait un avertissement aux journalistes de demain. « Actuellement la formation se fait sur le tas. Selon leurs capacités, les journalistes choisissent le support sur lequel ils vont s’exprimer sur le net. Mais à terme, j’aimerai bien qu’on puisse former les gens non seulement à parler devant une caméra, mais aussi à se servir d’une caméra. » Ainsi désormais toutes les entreprises de presse exigent des jeunes journalistes d’excellentes compétences écrites et audiovisuelles. Les programmes des écoles de journalisme ont ainsi évolué, mettant l’accès sur la nécessité de cet aspect multi-supports.

Un esprit polyvalent

La polyvalence d’un journaliste ne s’arrête pas au simple fait de savoir transmettre des informations avec sa plume, son micro ou ses photos. Il doit également avoir les moyens de réfléchir, analyser et s’exprimer sur tous les sujets. Economie, politique, sports, aucun domaine ne doit être négligé. Les rédactions ont besoin de jeunes journalistes capables de traiter tous les thèmes en fonction de l’actualité. Ouverture d’esprit, polyvalence et culture générale sont donc des qualités indispensables pour réussir dans le milieu du journalisme.

Alexandre Psaltopoulos.