La plage fait des ravages

0
189

En ce début décembre, touristes, baigneurs et pêcheurs se sont appropriés le bord de mer. J’ai décidé de passer une matinée parmi eux.

Je vais sûrement faire des envieux. Aujourd’hui, j’ai pris un bain de soleil sur la plage du Negresco. Et dire que nous sommes le 9 décembre. Je n’étais pas la seule à avoir eu cette idée. Il y avait de nombreux flâneurs. Certains étaient plus prévoyants que moi. Ils avaient apporté leur maillot de bain. Moi je ne suis qu’une petite joueuse, je n’ai même pas pris mes lunettes de soleil.

Le bleu azur de la mer et le soleil éclatant donnent envie de tout laisser tomber pour s’allonger sur la plage. Et là contrairement aux mois estivaux, je n’ai pas de problème pour étendre ma serviette. J’ai vraiment l’impression d’être en vacances. Le thermomètre affiche 14 °C pour l’air. Sensiblement la même température pour l’eau. L’été indien se prolonge sur la Côte d’Azur. Ici tout est paisible. Seul le bruit des vagues se brisant sur les galets rythme ce moment.

Des baigneurs résistants

Juste à côté de moi, Jean-Pierre sort de l’eau. A ma surprise, il ne grelotte pas. Il me raconte : « je viens régulièrement courir sur la Promenade des Anglais. J’en profite ensuite pour prendre un bain. » Jeanne, sa femme, s’est abstenue aujourd’hui. Si vous aussi vous êtes courageux, un bain de minuit est prévu le 18 décembre à la plage du Ruhl. Personnellement, je ne m’en sens pas capable.

Après avoir lézardé sur la plage, je décide de me promener le long de la mer. Un pêcheur surveille ses deux lignes. Sa prise est mince. Je croise ensuite une famille de touristes anglais. Le père se baigne pendant que le petit dévêtu barbote dans l’eau. A quelques pas, la terrasse Neptune Plage affiche presque complet. Une quarantaine de personnes sirotent leur boisson. Ils sont chaudement vêtus mais eux n’avaient pas oublié leurs lunettes de soleil. Conscients de la chance qu’ils ont, ils en profitent pleinement.

Julie Palmero et Mathilde Thomas