La gauche dévoile son contre-projet de ligne 2 du tram

0
103
Le tramway de Nice sur la place Masséna

Les socialistes du groupe «Changez d’ère» ont présenté un nouveau tracé de la ligne 2 du tramway. Un projet moins onéreux que celui proposé par Christian Estrosi, maire de Nice.

À un peu moins d’un an des municipales, les socialistes du Conseil municipal de Nice ont  voulu frapper fort. En dégainant devant la presse un nouveau tracé de ligne 2 du tramway, l’opposition souhaite placer le tramway au centre des débats. Regroupés au sein du collectif «Changez d’ère» (PS-EELV), les élus ont pris les devants en présentant un projet ambitieux. Le programme «s’assoit sur quatre préoccupations des Niçois : économique, environnementale et une vision plus sociale et solidaire de la ville» pour Patrick Allemand, vice-président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et patron du groupe «Changez d’ère». «Le projet de Christian Estrosi est insuffisant pour les besoins des Niçois. Cette ligne 2 sera un gouffre financier et l’assurance que le réseau de tramway ne pourra plus être développé jusqu’en 2030». La proposition des socialistes prévoit quatre lignes complètes toutes en surfaces. Une différence de taille avec la partie souterraine désirée par la mairie jugée «trop couteuse, trop complexe avec des incertitudes géologiques» par Patrick Allemand.

Les élus socialistes niçois regroupés au sein du collectif « Changez d’ère » présentent le projet. Au centre, Patrick Allemand, président du groupe. Photo – Jean-Alexis Gallien-Lamarche

Ce contre-projet propose une ligne 2 entre l’aéroport et le Cadam jusqu’à Pont-Michel mais sans desservir Carabacel et le port pour une livraison prévue entre 2018 et 2020. L’opposition – qui n’a pas voulu dévoiler le nom des experts qui ont évalué le projet – souhaiterait une extension de la ligne 1 jusqu’à la Trinité avec un détour par la gare de Riquier en passant par Barberis, Riquier et les Diables-Bleus. Et si les finances le permettent, ils ambitionneraient de prolonger le réseau de Saint-Augustin vers le nouveau stade, l’Allianz Riviera avec l’idée de  desservir le quartier Nice Méridia. «Il y a le stade mais aussi une future zone de logements et de créations d’emplois».

 Un référendum prévu pour fin mai

L’opposition socialiste a voulu se démarquer sur la question du coût financier déclarant que le «tracé aura un prix nettement inférieur au projet de Christian Estrosi». Le collectif prétend que 742 millions d’euros seront nécessaires au lieu des 763 millions avancés par la municipalité. Patrick Allemand a aussi annoncé la tenue d’un référendum. «Nous l’organiserons fin mai pour connaître l’avis des Niçois. Une chose fait peur à Christian Estrosi, c’est le peuple vu qu’il n’écoute pas l’opposition». Un pari risqué en vue des prochaines élections. «Soit les Niçois choisissent le projet Estrosi mais ils n’auront aucune perspective d’avenir jusqu’en 2030. Soit le projet des élus socialistes intégralement réalisable dès 2025». Patrick Allemand s’est défendu de toute politisation du dossier.

Jean-Alexis Gallien-Lamarche