La gare se barre

0
170

En janvier prochain la ville de Nice entamera la destruction de la gare routière. Dans le cadre du projet « Trame verte », le bâtiment laissera la place à des jardins en continuité avec le forum Jacques Médecin. Mais où les usagers prendront-ils leur bus ?D’un côté la place Masséna, propre, lisse, avec des œuvres d’art et de grands espaces verts. De l’autre, à 500 mètres, la gare routière. Grise, biscornue, un affront à l’esthétique. Un étudiant niçois, Romain, ne mâche pas ses mots : « C’est laid. » La mairie est de cet avis, la démolition débutera dès décembre 2010. C’est le résultat des avis collectés lors des concertations publiques depuis octobre 2009.

Mais si l’on ne peut renier l’aspect repoussant du bâtiment, sa fonction est d’utilité publique. Or sur place, à l’accueil de la Gare Routière, comme au service Allô-Mairie par téléphone, le discours est fermé : « Nous saurons le 31 décembre. »Henry le guichetier de la société Les Phocéens, autobus vers Marseille, avoue ne rien savoir du déménagement : « On sait qu’on part le 31 décembre, mais on ne sait pas où. Il est prévu, peut-être, quatre pôles en définitive. Pour l’instant il n’y a que celui de Saint Jean d’Angély qui est en cours de finalisation. » Le directeur des Phocéens, Julien Péglion, précise que ses lignes seront bien implantées au nouveau terminal de Saint Jean d’Angély à partir du 5 janvier : « Cela fait partie du projet de réaménagement du territoire de Nice, avec d’autres transports comme le tram. »

Les conducteurs de bus en pause sont plus prolixes. Thierry et Yahia savent qu’ils atterriront à Saint Jean d’Angély et en sont satisfaits : « Notre réseau, Tam Azur, sillonne la vallée à l’est de Nice, donc être plus à l’est que la gare routière, c’est un gain de temps. » Quant aux usagers, cela sera bien moins pratique : « Pendant quelques temps cela risque qu’être perturbant pour eux. Ils ne sauront pas où prendre leur car. Nous-mêmes ne savons pas encore les futurs horaires ! »

Quoiqu’il arrive, l’an prochain seul le réseau Ligne d’Azur circulera encore dans le centre ville. Les deux chauffeurs affirment que chaque société de transport se verra implantée dans la zone qu’elle dessert (Tam Azur à l’est, Bus VarMer à l’ouest par exemple). Le site de Saint Augustin est avancé, comme un réaménagement de la gare Thiers. Les incertitudes persistent, tant pour le déménagement lui-même que pour les usagers.

Camille Wurtz et Carine Julia