La face cachée de l’organisation des compétitions internationales

0
72
Il n'y a pas eu de problème pendant la construction du nouveau stade de Nice. Crédit photo Pierre Caron.

Au centre de toutes les attentions, les compétitions internationales de football donnent lieu à des travaux inimaginables. Mais l’envers du décor, à commencer par la construction des stades est trop méconnu. Et il peut faire peur.

Deux morts mercredi 27 novembre. Un autre en 2012. La construction des stades pour le mondial brésilien fait couler beaucoup d’encre… beaucoup de sang. Les conditions de travail des ouvriers sont déplorables tant ils courent après la montre. Deux morts et un blessé hier au stade « Itaquerao » à Sao Paulo et pourtant une seule préoccupation : les délais de construction seront-ils respectés ?

Le site brésilien Fox Soccer twitte une photo du stade après l’effondrement d’une grue.

Prévue pour le 31 décembre 2013, la date buttoir de livraison pourrait ne pas être respectée selon les entreprises en charge des travaux. Le stade qui accueillera le match d’ouverture de la Coupe du Monde 2014, le 12 juin, a vu les travaux suspendus jusqu’à lundi après l’accident.

Le Brésil incapable d’organiser l’événement ?

La construction et la rénovation des stades concernent plusieurs pays. Le Brésil pour le mondial 2014, le Qatar pour 2022, mais aussi la France pour l’Euro 2016. Alors est-ce que seuls les pays riches sont capables d’organiser de telles manifestations ? Au Brésil dépenser une somme avoisinant les 14 milliards de dollars n’est pas simple. En France la construction de l’Allianz Arena à Nice ou du stade Pierre-Mauroy à Lille n’ont pas souffert d’accidents comme ceux au Brésil. Et les délais ont plus ou moins étaient respectés. Pourtant pour Jean-Pierre, résidant à Buzios au Brésil, la question des délais n’est pas primordiale « à 7 mois du coup d’envoi de cette CDM* il est trop tard pour se poser ce genre de question,  la machine est déjà lancée à trop grande vitesse.  Quoiqu’il advienne, elle ne s’arrêtera plus ». Pour lui le problème est ailleurs et concernant la mort des ouvriers « on en voit tellement tous les jours, et des biens pires que ça, ici… ce qui me préoccupe le plus pour cette CDM c`est essentiellement la sécurité à l’intérieur comme à l’extérieur des stades. »

La question de sécurité est récurrente depuis l’annonce de l’organisation au Brésil. Pourtant beaucoup de problèmes se posent, et il faudra être très vigilant durant le mois de compétition en 2014. « Est-ce que les autorités sont bien préparées pour faire face à un désordre majeur, avec des grands mouvements de foule et des millions de visiteurs ? J’en doute » ajoute Jean-Pierre.

Du côté Qatari, la sécurité des ouvriers est primordiale pour le lancement de la construction début 2014. Le secrétaire général du comité suprême d’organisation de la Coupe du monde, Hassan al-Thawadi a déclaré au Parisien que « chaque mort sur un chantier sera inacceptable ».

*CDM = Coupe du Monde

Pierre Caron