La crise ne touche pas tous les voyagistes

0
294
La Prom' presque déserte. Crédit photo: C.E

En France, sept millions de personnes sont parties en vacances entre novembre 2011 et octobre 2012. Une baisse de 3,8% par rapport à l’an passé*. A Nice quelle est la situation des voyagistes ? 

La Prom’ presque déserte.
Crédit photo: C.E

« C’est la première fois que je vois ça ». Béatrice travaille pour le tour-opérateur britannique Thomas Cook. Dans le métier depuis 20 ans, la crise elle est « en plein dedans». Après trois années exceptionnelles pour le tourisme, la chute est rude. La crise, le printemps arabe, les réservations sur Internet, les raisons de cette baisse de clients sont multiples. Pour Béatrice, le nouveau Gouvernement qui augmente tout « l’immobilier, les taxes », n’est pas un signe encourageant. « On perd le panier de notre clientèle moyenne», déplore-t-elle. Les destinations vers le Maghreb souffrent encore des révoltes arabes. L’Egypte a enregistré une baisse de 19%, source CETO du 11 décembre 2012. Pour l’agence située rue de la Buffa à Nice, la Thaïlande, l’Île Maurice sont les destinations phares. Mais cette année les clients se font rares. « Depuis ce matin, 9h30, seulement trois personnes sont venues. Une catastrophe », explique Béatrice. En janvier, elle va faire du phoning en espérant que les clients reviennent.

 Ajuster l’offre

Le manque de passage n’est pas un problème chez Croisi Europe. « Le trafic maritime est en baisse mais le trafic fluviale augmente », précise Mounia employée chez le tour-opérateur. Le naufrage du Costa Concordia est encore dans l’esprit de certains clients mais le prix des croisières, « il y en a pour tous les budgets, toutes les bourses » finit de les convaincre. Pas de morosité non plus pour Emmanuel Gabas, directeur d’une agence Jet Tours à Nice. Les clients et le chiffre d’affaires restent stables. Les Etats-Unis suivis de l’Asie sont les destinations les plus demandées. Emmanuel Gabas met en avant la valeur ajoutée d’une agence de voyage. Proposer toujours plus de services, apporter de nouveaux produits c’est comme cela qu’il se positionne sur le marché. « Avant les clients venaient dix fois par an dans l’agence cette année ils ne viennent plus que cinq fois. Ajuster l’offre est essentielle ». Le prix moyen d’un voyage dans son agence est de 2 500€. Il s’explique, « réserver un billet d’avion pour Paris chacun sait le faire. Par contre ne pas faire la queue devant la Tour Eiffel et avoir une visite privée est plus compliquée ».

 * source de l’association des tour-opérateurs (CETO)

Céline Engasser