La coupe à moitié pleine

0
173

Neuf victoires pour six défaites, le bilan français en finale de Coupe Davis est très positif. Néanmois ce chiffre est à relativiser. Depuis la création du groupe mondial en 1981, les Tricolores n’ont « que » trois victoires pour trois défaites. Ces six matchs à la loupe.1982 : Trop forts

Pour la deuxième année du groupe mondial, les Français parviennent à se hisser en finale de la compétition. Malheureusement, Noah et Leconte se heurte à John McEnroe, meilleur joueur du moment et Gene Mayer qui fait partie du Top 10 mondial. La rencontre est pliée dès le double.

Etats-Unis bat France 4-1

Match décisif : Peter Fleming/John Mc Enroe battent Henri Leconte/Yannick Noah 6/4 6/3 9/7

1991 : Saga Africa

En 1991, les hommes de Yannick Noah, alors capitaine, battent les Américains de Sampras et Agassi respectivement 6e et 10e mondiaux grâce à Henri Leconte et Guy Forget. Ce dernier enlève le troisième point décisif contre Sampras en quatre manches et délivre le Palais des Sports de Gerland. S’enclenche alors le fameux « Saga Africa » de Yannick Noah, hymne devenu culte. C’est le premier saladier d’argent pour les Tricolores depuis 1932.

France bat Etats-Unis 4-1

Match décisif : Guy Forget bat Pete Sampras 7/6 3/6 6/3 6/4

1996 : Au bout du suspense

Cinq ans après l’exploit de Lyon, les Français ramènent une 8e coupe Davis de Suède où ils battent Thomas Enqvist (9e mondial), Stefan Edberg (14e) et Nicklas Kulti (64e) à Malmo. Cette finale restera dans l’histoire pour avoir donné lieu à deux matches en cinq sets le dimanche après-midi au scénario incroyable. En effet, dans la 4e rencontre, Cédric Pioline mène deux sets à rien mais perd 9/7 dans la dernière manche face à Thomas Enqvist. Et, dans le match décisif, Arnaud Boetsch mené deux sets à rien, le Parisien sauve trois balles de match face à Nicklas Kulti et remporte ce marathon 10-8 au cinquième set.

France bat Suède 3-2

Match décisif : Arnaud Boetsch bat Nicklas Kulti 7/6 2/6 4/6 7/6 10/8

1999 : Le double fait la différence

À l’Acropolis de Nice, Grosjean et Pioline recoivent sur leur surface favorite, la terre battue, l’Australie d’Hewitt et Phillipoussis, plutôt mal à l’aise sur ce revêtement. Pourtant les Aussies parviennent à limiter la casse le premier jour grâce à la victoire du géant australien sur Grosjean. Le samedi, la paire Woodbridge-Woodforde, future meilleure double du monde, prend le dessus sur Delaitre-Santoro. Le dimanche, Phillipoussis apporte le troisième synoyme de saladier d’argent face à Pioline.

Australie bat France 4-1

Match décisif : Mark Phillipoussis bat Cédric Pioline 6/3 5/7 6/1 6/2

2001 : Merci Escudé

Face à Hewitt, numéro un mondial et Rafter, septième, les Bleus ne partent pas favori. Mais emmenés en simple par Escudé (27e) et Grosjean (6e), ils parviennent à résister au puissant service des Australiens et terminent le vendredi à égalité un partout. Le samedi, la paire Pioline/Santoro remporte le double et donne un avantage précieux aux Français. Malgré tout, le cinquième match est encore décisif après la défaite de Grosjean contre Hewitt. Escudé donne alors le dernier point contre Wayne Arthurs en quatre sets.

France bat Australie 3-2

Match décisif : Nicolas Escudé bat Wayne Arthurs 7/6 6/7 6/3 6/3

2002 : Le dimanche noir

Tenants du titre, les Bleus disputent la troisième finale de l’ère Forget en poste depuis 1998. L’Equipe de France mène deux points à un à l’issue du double. Mais Grosjean et surtout Mathieu sombrent le dimanche. PHM mène deux manches à zéro face à Youzhny mais le Russe se réveille et remporte le troisième  set. La quatrième manche voit Mathieu mener 4-2 puis passer à deux points du match à 5-4. Youzhny ne faiblit pas et égalise à deux set partout. Finalement, le jeune Russe l’emporte après 4h30 de match. C’est la première victoire de la Russie en Coupe Davis.

Russie bat France 3-2

Match décisif : Mikhail Youzhny bat Paul-Henri Mathieu 3/6 2/6 6/3 7/5 6/4

Julien Beauregard