L’Ipad dépoussière les musées

0
186

Les tablettes tactiles ont fait leur entrée, ce vendredi, au nouvel e-Forum de l’éducation du CRDP* de Nice. Les élèves de 6e du collège Henri Matisse ont pu utiliser des Ipad comme support pour visiter l’exposition « Art, Écritures et Langages ».Une œuvre de Ben est suspendue et la même toile apparaît dans la main, sur tablette tactile. Un peu comme si on regardait un match de tennis sur écran géant alors qu’il se déroule sous nos yeux. Successeur de la bonne vieille visite sonore, la tablette tactile s’invite au musée. Pour l’occasion, l’e-forum du CRDP s’est transformé en caverne d’Ali Baba. Des œuvres anonymes sont disposées ça et là. Les cartels disparaissent au profit des tablettes. Ipad en main, chaque tableau se redécouvre à l’aide de l’outil numérique. Il suffit d’effleurer l’écran pour accéder à toutes les informations réunies sur la toile.

Les yeux des enfants s’illuminent lorsque les tablettes sont mentionnées. « Ca va être trop bien ! » s’exclame Lucie, 10 ans. Du côté des enfants, l’Ipad intéresse plus que les œuvres elles-mêmes. « C’est un nouvel outil trop attractif, ils n’ont pas encore assez de recul » explique leur institutrice. « A l’enseignant de les mettre en position de réfléchir » ajoute Sophie Sicard, en charge du projet.

Bien plus qu’un gadget

Pourtant, tels des enquêteurs, certains manient la tablette comme des experts. Ils vont d’œuvre en œuvre, cherchent, fouillent, s’informent. « Je n’arrivais pas à lire certains mots sur la toile. J’ai zoomé et j’ai pu voir une vidéo de l’artiste qui expliquait pourquoi il avait écrit ça » explique Corentin. Effectivement, l’outil numérique offre des possibilités multiples : biographie, explication détaillée de l’œuvre, vidéo…

Un phénomène nouveau en France. « L’inspecteur Général de l’Education Nationale est venu nous rendre visite hier. Il a été très surpris par le projet » souligne Sophie Sicard. « Il a pu tester cet outil numérique au Musée du Vatican et ne pensait pas le retrouver en France si vite ! »

Axel Ménard et Coralie Bouisset

* Centre régional de documentation pédagogique