L’inconstance toulonnaise

0
277

Toulon n’arrive pas à enchaîner les bons résultats. Les hommes de Mourad Boudjellal peuvent rivaliser ou sombrer contre n’importe qui. Un constat inquiétant.

L’inconstance toulonnaise

Les fulgurances du RCT n’ont d’égal que leurs passages à vide. Une inconstance préjudiciable pour une formation qui vise l’accession aux phases finales. Même si les Varois sont toujours dans la course.

Toulon est, cette saison, l’illustration parfaite de l’irrégularité des performances. C’est une équipe capable de perdre deux fois d’affilée sur sa pelouse de Mayol, contre Bayonne et le Racing Métro, mais aussi d’aller s’imposer à Biarritz et Perpignan. Un RCT dominateur et inspiré face à Clermont (28-16), défait et humilié par un cinglant 44-5 sur la pelouse du Stade Toulousain.

Et malgré cela, les Varois pointent à la cinquième place du classement, à un point du quatrième Biarritz. Les Rouge et Noir semblent donc avoir limité la casse. Seulement, le club de Mourad Boudjellal compte déjà dix longueurs de retard sur le premier de la classe, Toulouse.

Un RCT qui voyage plutôt bien

Un écart conséquent à l’orée de la trêve internationale. Même si le bilan est à relativiser. Car les Toulonnais avaient un calendrier défavorable en ce début de saison avec sept matchs à jouer hors de leurs bases en 12 journées. Les joueurs de la Rade sont même ceux qui se déplacent le mieux avec quatre victoires à l’extérieur. Une performance qui donne plus d’écho à cette incapacité à enchaîner les bons résultats.

Certains pointent du doigt une dépendance récurrente à leur ouvreur Jonny Wilkinson. D’autres, un mal bien français : Toulon serait une équipe à réaction. Leurs deux derniers matchs semblent aller dans ce sens. La déculottée encaissée à Toulouse a entraîné une révolte du collectif pour la victoire à Perpignan. Mais il faudra trouver les ressources pour enchaîner les bons résultats, avec ou sans Jonny Wilkinson. Surtout si les Toulonnais veulent faire mieux que l’an passé et accéder à la finale.

Jean-Baptiste Esculié