L’héroine, le nouvel envahisseur

0
180

L’héroine fait de plus en plus de bruit sur la Côte d’Azur. Les consommateurs seraient attirés par les nouveaux prix « cassés » de cette drogue.

« Il neige sur ma ville des flocons d’héroine » racontait AKH dans une de ses chansons il y a presque 20 ans. Depuis, le prix de cette drogue n’a cessé de chuter. Aujourd’hui, il est quatre fois moins cher qu’à l’époque où le fameux rappeur annonçait cette triste vérité. Son prix est passé d’environ 150 euros en 1990 à moins de 40 euros aujourd’hui. Et bien évidement, cela attire de plus en plus d’Azuréens. D’ailleurs, le pourcentage de consommateurs a doublé en trois ans. Le Mutualité française PACA recense que 1,5% des élèves de première y auraient déjà goûté dans la région.

Cette hausse de la consommation se confirme avec les rapports de la police judiciaire: 10 kilos d’héroine ont été saisis la semaine dernière dans le Var. C’est un record pour la région. La Côte d’Azur a toujours été réputée pour ses trafics de poudre blanche. L’héroine y aurait fait son apparition dans les années 60 avec le tourisme de la jet-set. Mais ces derniers mois, les saisies de petits sachets blancs se sont faites de plus en plus nombreuses.

300 à 400 décès par an

« L’héroine et la cocaine sont un moyen de m’affirmer. Sans ça, je ne suis pas la même femme », raconte Mathilde, quarante ans, une grande consommatrice de drogue. D’autres comme Cédric, 25 ans, avouent en consommer uniquement en soirée. « ça m’arrive avec des potes avant d’aller en boite. »

La drogue n’est pourtant pas un jeu. 300 à 400 cas de décès précoces dûs à l’héroine ont lieu en France chaque année.

Marine ROSSETTO