L’ASM est-elle maladé

0
215

Football – L’AS Monaco est en difficulté sur les pelouses de Ligue 1. L’implication des joueurs est-elle suffisanté L’ASM est-elle maladé

Les Monégasques connaissent un premier tiers de saison inattendu. L’effectif asémiste affiche des carences inquiétantes, bien au-delà de simples erreurs défensives ou d’attaquants maladroits et inefficaces. L’attitude des hommes, l’implication des joueurs, l’ambiance du groupe, quelque chose cloche sur le Rocher.

Ruffier, l’ombre de lui-même

Le premier symbole de ce mal-être est évidemment Stéphane Ruffier. Le capitaine monégasque a réussi sept premiers matchs remarquables, sauvant les siens à plusieurs reprises. Mais depuis, la chute est claire : prestations décevantes et sorties dans la presse à répétition. Le gardien de but avait déjà vivement critiqué l’arbitre Philippe Kalt après le match nul face à Montpellier (2e journée). Ce week-end, c’est après le résultat vierge contre Arles-Avignon que l’international français s’est énervé. Sa cible : les supporters présents au stade Louis II, coupables selon lui de ne pas porter l’équipe.

Le malaise Alonso

Une réaction qui devient monnaie courante puisqu’Alejandro Alonso avait déjà adressé un geste déplacé aux spectateurs il y a trois semaines. Un malaise pesant qui va contraindre l’Argentin à quitter la Principauté au mercato hivernal. Et comme tout tourne à l’envers dans le groupe monégasque, Mathieu Coutadeur a offert cette semaine une réaction diamétralement opposée à ses camarades de jeu : « Je comprends les supporters après ce qu’ils ont pu connaître avec la Ligue des Champions ici. Il faut remettre les choses dans leur contexte ».

Eclats de rire à La Turbie

Des ressentis divergents selon les joueurs et des comportements qui intriguent. Un groupe sain travaille certes dans une bonne ambiance. Mais les éclats de rire sont peut-être un peu trop nombreux aux entraînements avant le déplacement à Lille. A se demander si les Rouge et Blanc ont conscience de leur situation. Seizièmes de Ligue 1, ils sont attendus au tournant dimanche face aux Dogues lillois, large vainqueurs de Caen la semaine dernière (5-2). Attention à ne pas se faire mordre trop sévèrement ou la fête nationale aura un goût amer sur le Rocher.

Matthias Duchez