JPO – L’EDJ vue de l’extérieur

0
111

L’EDJ Groupe, la seule école de journalisme reconnue par l’Etat dans le département des Alpes-Maritimes. Elle apporte une dynamique vivifiante dans une ville réputée vieillissante.

Comme l’explique Mme Morgales, responsable de l’enseignement supérieur au Conseil Général, une école de ce type est toujours bénéfique pour le département. La reconnaissance de l’établissement par l’Etat inspire un climat de confiance pour toutes les parties-prenantes, que ce soit les étudiants, parents d’élèves ou autre. L’EDJ Groupe, anciennement EDJ Nouvelles, accueille ainsi chaque année des élèves de tous les horizons, venus de toute la France mais aussi de l’étranger. La mairie voit cette école comme un atout pour la ville. Elle est souvent en contact avec les étudiants dans le cadre de leur travail journalistique. Elle se fait un point d’honneur à les considérer comme de véritables journalistes et à répondre, dans la mesure du possible, à toutes leurs questions.

L’EDJ groupe apporte donc un dynamisme à la ville. Mais les Niçois ont une vision du journalisme bien particulière. Et c’est encore eux qui en parlent le mieux.

Martine, 79 ans : « Je ne pense pas que du bien des journalistes. Ils sont parfois un peu partisans et manquent d’objectivité, surtout dans les médias oraux. Je connais l’école du journalisme de Nice, mais aucun de mes enfants ni de mes petits-enfants n’est dans la profession. Je n’y ai donc pas porté une attention particulière. Mais le fait que beaucoup de grands journalistes se déplacent à Nice grâce à cette école ne peut être que positif. »

Jérôme, 36 ans : « Les journalistes sont très importants pour la société, voire indispensables. Ils nous permettent d’avoir facilement accès à l’information. Je passe tous les jours devant l’EDJ et je vois parfois des jeunes partir en reportage avec caméras et magnétophones. J’ai parfois l’impression de voir les coulisses de la presse. Je ne pense pas que la venue de journalistes connus apporte vraiment quelque chose à la ville. Mais c’est assurément une très bonne expérience pour ces jeunes. »

Alexandra Chauvin et Benjamin Costa