JPO – Journalisme : une polyvalence nécessaire

0
416

Le journalisme s’est adapté aux nouvelles technologies pour rester au cœur de la société. Fini le temps des spécialisations, un journaliste se doit d’être multi-supports.

Le développement d’internet a profondément modifié le métier de journaliste. Les barrières entre la radio, la télévision et la presse écrite sont tombées. Dorénavant, un journaliste se doit d’être polyvalent pour répondre à l’évolution du marché. Les grands noms du métier, Bruce Toussaint, Franz Olivier Giesbert ou encore Christophe Barbier étaient déjà touche à tout. Depuis des années, on les retrouve fréquemment sur les ondes hertziennes, dans les grands journaux ou encore à la télévision. Europe 1, Canal +, ITélé, Le Point ou encore l’Express ont vu passer ces pointures journalistiques. Ils sont de plus en plus imités par la jeune génération. Cette dernière reçoit une formation complète, sans distinction de média. Les professionnels sont tous unanimes, le « journalisme est avant tout une question d’envie ».

« Le journalisme est pluriel »

Les outils informatiques ont pris le pas sur la presse écrite et ont bouleversé la hiérarchie journalistique. Il est impensable de savoir écrire, sans savoir s’exprimer. La population est sur-connectée aujourd’hui : l’information passe avant tout par Internet. Or, le web est une technologie nouvelle qui nécessite une forte polyvalence. Ecriture dynamique, montage vidéo, prise de son, travail de la voix. Les internautes en attendent toujours plus. Mais ne croyez pas que cette évolution marque une fracture dans le milieu du journalisme. Bien au contraire. Les rédactions se sont au fur et à mesure adaptées. Les journaux nationaux et locaux ont créé des sites web afin de satisfaire leur lectorat. Frédéric Belmonte, le numéro 2 de Nice-Matin (Cannes), parle d’une « adaptation pas à pas » avant d’ajouter que « ce n’est pas une question d’âge mais surtout d’ouverture d’esprit ». Des formations sont proposées pour mieux appréhender ce nouveau travail. Pour Gérard Clétil rédacteur en chef d’Avenir Côte d’Azur, passé auparavant par la radio, « on a des choix personnel à faire, mais ce sont les différentes propositions de travail qui détermine généralement le média ». Aujourd’hui l’information est partout et surtout immédiate. Le journaliste doit être capable de tout pour satisfaire l’évolution des média. En soit, le journaliste doit s’adapter à son temps.

L’EDJ Groupe s’adapte à cette évolution

La direction de l’école a pris les devants l’année dernière pour modifier son enseignement. Les trois options en troisième année (presse écrite, audiovisuel et sport) ont disparu au profit de deux spécialités (multimédia et sport). Tous les média sont désormais étudiés au même niveau. Au vu de l’évolution du métier et du marché du travail actuel, il apparaît primordial de maîtriser toutes les techniques journalistiques pour réussir.

Claire Gaveau & Laura Berutti