JPO – J’aime Pas L’Actu : une nouvelle vision du journalisme…

0
142

« J’aime Pas L’Actu : une nouvelle vision du journalisme… par de futurs journalistes »

Depuis janvier 2011, des étudiants de l’EDJ font vivre un site qu’ils ont créé, Jaimepaslactu.fr. Un regard neuf et un point de vue original qui s’annoncent prometteurs.

Créer un site d’actualité où chacun peut écrire ce qu’il veut, sans contrainte et en se faisant plaisir. L’idée de lancer J’aime Pas l’Actu apparait lors de la première année scolaire des jeunes rédacteurs. Les choses se concrétisent très rapidement grâce à Michel, le webmaster, qui propose ses compétences d’informaticien à Sebastien Sigaut, le rédacteur en chef. Assez vite, une petite équipe se forme. Chacun, lors de ses moments de temps libre, parle de ce qui lui plaît. Economie, musique, cinéma, sport, politique : tous les sujets sont les bienvenus.

Une nouvelle vision de l’actualité

Tout part d’un titre accrocheur, loin des noms bateaux que l’on voit habituellement. Quelque chose qui attire l’œil, qui intrigue. Ce titre paradoxal s’inspire d’un album, J’aime pas le Classique mais ça j’aime bien . J’aime Pas L’Actu, c’est sortir de l’idée que l’actualité se résume aux mauvaises nouvelles. Et plus encore, « qu’elle est suivie par tous les médias comme des moutons », nous confie Thibaut, l’un des rédacteurs. C’est une manière d’affirmer une nouvelle vision de l’approche journalistique. Souvent, les sujets abordés se rapprochent plus des centres d’intérêt des jeunes. Mais le site s’adresse à tout le monde : des personnes plus âgées le consultent régulièrement. De 7 à 77 ans, il n’y a pas d’âge pour s’intéresser à l’actu !

Et c’est pas fini…

Les fondateurs du site souhaitent que J’aime pas l’actu continue d’exister même après l’obtention de leur diplôme. « C’est notre petit bébé », affirme Sébastien. Son rêve et celui des rédacteurs ? Que J’aime pas l’actu devienne une vraie rédaction dans laquelle ils pourraient tous travailler ensemble. « Que JPA nous fasse vivre », ajoute Thibaut. Nawal

Bonnefoy & Victoria Lasserre