Journée portes ouvertes – Le journalisme suscite toujours des vocations

0
342
Une centaine de personnes sont venues à l'Ecole du Journalisme pour la première journée portes ouvertes. (Photo H. S)

Pour la première journée portes ouvertes de l’Ecole Du Journalisme de Nice, une centaine de personnes sont venues visiter les lieux et écouter les flashs info des étudiants. Beaucoup de jeunes ont été confortés dans leur choix de devenir journaliste.

« Cinq, quatre, trois, deux, un : antenne ! » On se croirait presque sur le plateau d’une chaîne d’information en continu. Deux apprentis journalistes présentent un journal télévisé, devant un public conquis. Killian Vérove, jeune lycéen toulonnais, se projette à leur place. Au côté de ses parents, il ne manque pas une miette du flash, le regard pétillant. « Ca donne vraiment envie », souffle-t-il, ravi. Le jeune homme est certain de son choix : il a déjà envoyé son dossier de candidature à l’école niçoise et attend de passer son entretien d’admission. Killian Vérove explique avoir « été toujours intéressé par l’actualité ». Il ajoute : « J’aimerais être journaliste pour pouvoir faire partie de l’information, de transmettre quelque chose aux autres. » Il ne partage pas du tout la défiance actuelle à l’égard de la profession : « Les médias français produisent de l’information de qualité, bien sûr comme partout, certains font moins bien leur travail. » Comble de la visite pour lui, il a pu tester les micros du studio radio lors de sa visite. Pendant quelques secondes, il s’est plongé dans la peau d’un anchorman avec aisance.

 
Entre chaque flash et émission, les visiteurs s’empressent tous de poser leurs questions aux étudiants et aux salariés de l’établissement. Héloïse Gonsard ne fait pas exception. Etudiante en master à l’Ipag Business School de Nice, la jeune femme préfère le journalisme à sa formation actuelle. « Je veux donner la parole à ceux qui ne l’ont pas, apporter de l’étranger à la France », abonde-t-elle. Férue de voyages, sa vocation est idéale pour mêler passion et travail. Pour elle, dire que cette profession fait rêver n’est pas exagéré. Même si Héloïse Gonsard veut changer d’orientation, elle ne plonge pas pour autant dans l’inconnu. Elle a l’habitude d’écrire des articles grâce à son blog consacré aux femmes remarquables à travers le monde.

Toutes les heures, le studio radio est plein à craquer de lycéens et d’étudiants qui rêvent de faire du journalisme. (Photo H. S)

Sans surprise, parmi les personnes qui ont poussé les portes de l’école, il y a des passionnés de sport. Charles Pousset est l’un d’eux. D’un air timide et hésitant, il fait part de sa volonté de se retrouver un jour sur un plateau, face caméra. Le lycéen antibois paraît beaucoup plus sûr de lui quand il explique sa vocation : « J’adore échanger et dialoguer autour d’un sujet, c’est enrichissant. » A la sortie d’un journal télévisé, Charles Pousset est convaincu. Il veut être journaliste et a décidé de constituer son dossier d’inscription. D’autres étaient déjà sûrs de ce qu’ils veulent faire avant même de se rendre aux portes ouvertes. C’est le cas d’Audrey Kaouakou-Abou, passionnée par le métier depuis la classe de troisième. Elle a déjà été présentatrice radio et télé pour des médias locaux à Abidjan, en Côte d’Ivoire. La Cannoise regarde avec envie les étudiants qui participent aux journaux. « Je m’imagine déjà à leur place, ça fait vraiment rêver », sourit-elle. La jeune femme ne jure que par l’audiovisuel : « Je veux vraiment être devant la caméra, être présentatrice. » 

Hélèna Sarracanie