Journalistiquement vôtre

0
154
Le journaliste multi-support doit être à l'aise sur la presse écrite, comme le web ou les montages audio-visuels. CP : PPDM

Dans la lignée de Christophe Barbier, multi-supports avant l’heure, le journaliste d’aujourd’hui doit être multi-fonctions. Il a l’obligation de s’adapter aux contraintes technologiques de l’information qui évolue chaque jour.

Très présent dans le monde des médias ces dernières années, le terme multi-supports représente l’avenir des journalistes. Le but est simple, accéder à une formation  permettant de travailler sur divers support : presse écrite, web, radio, ou encore la télévision. Une aubaine pour ces jeunes journalistes qui, dès leur sortie de l’école, bénéficient d’une avance non négligeable dans le bassin de l’emploi.

A vos stylos pour la presse écrite …

Un journaliste, c’est avant tout une belle plume. La presse écrite est le pilier du monde médiatique. Informer la population de l’actualité du pays, analyser des faits, tels sont les devoirs du journaliste. La richesse et la vitesse de transmission sont la priorité de n’importe quel professionnel. Un journaliste est avant tout là pour aider le lecteur à comprendre une situation et à l’interpréter. Sa journée type ? Reportage, écriture, prise de photos d’illustration, de nouveau sur le terrain pour un nouveau reportage… Pas de place à l’ennuie dans la vie d’un journaliste !

Le web, l’héritier du papier…

Serait-il la fin de la presse écrite ? La question se pose. Depuis une dizaine d’années, le web prend de plus en plus de place dans la vie des journalistes, mais aussi de la population. Une information en temps réelle, sa gratuité, ainsi qu’un partage sur les réseaux sociaux, le compte est vite fait. Un professionnel de l’information peut aussi partager son travail sur les réseaux sociaux. Cela lui concède une visibilité de son travail. Tout journaliste possède un compte Facebook ou Twitter. La nouvelle génération est née avec un ordinateur ou un Smartphone entre les mains. C’est alors une habitude tout à fait naturelle pour elle.

Radio : 3, 2, 1… Direct !

Ici, le rapport de proximité est mis en avant. Un journaliste radio transmet toutes les émotions par sa voix : « une voix souriante ». Il doit pouvoir captiver les auditeurs sans images. Bien sûr, l’écriture est la base de tout journaliste. C’est pourquoi connaître tous les fondamentaux est un passage obligé. Donner de l’image au son, tel est le but du journaliste radio !

TV : attention, on tourne !

Qui n’a jamais rêvé de prendre le poste de Claire Chazal ? Celui ou celle que la France entière attend à 20h ? Bien sûr un poste de journaliste dans l’audio-visuel ne se passe pas seulement devant la caméra. Prise d’images, montage de vidéos, le travail se fait aussi derrière. Le JRI (Journaliste Reporter d’Image) endosse tout ces rôle à la fois. D’où la nécessité d’être multi-supports !

Une révolution de l’information a fait son arrivée depuis peu. De nouveaux outils de diffusion font qu’aujourd’hui, les journalistes endossent souvent plusieurs rôles : du web, ils peuvent faire une intervention télévisuelle. Il est essentiel d’être multi-supports dans ce métier. Peu de rédactions n’utilisent pas divers supports de diffusion de l’actualité. Un professionnel de l’information doit savoir tout faire.

Patricia Pereira de Matos