Jeux vidéos : des études comme les autres

0
39
http://www.unesourisetmoi.info

Paris est pour cinq jours la capitale mondiale du jeu video. « Paris games week » est le rendez-vous attendu de tous les gamers. A l’occasion de cet évènement, 15 grandes écoles sont présentes pour mettre à l’honneur les métiers du jeu video. Quelles sont les formations proposées en France pour ces passionnés ?

Ces écoles ont pour mission de former les futurs concepteurs de ce marché florissant. Loisir fétiche des jeunes, les jeux vidéos ne sont plus forcément synonymes de « geek attitude », mais aussi de métiers d’avenir.

Un français sur deux joue aux jeux vidéos. Derrière les livres et le cinéma, les jeux virtuels sont le troisième divertissement culturel en terme de chiffres d’affaire.

L’Agence Française pour le Jeu Vidéo recense 42 formations. Entre écoles privées et publiques, les gamers ont le choix. L’Etudiant a établi un classement des meilleures formations dans le domaine. Les élèves sont sélectionnés sur dossier et parfois sur concours. A Angoulême, 300 jeunes passent les épreuves pour 70 places, comme l’explique Charline Chapelle, responsable administrative de la 1ère école de France (cnam-enjmin).

Toutes les écoles ne sont pas reconnues par l’Etat. C’est le cas de Créajeux à Nîmes. Mais elle reste la seule à être labellisée par le Syndicat National du Jeu Vidéo, comme l’explique Didier Agani, professeur de la production dans cet établissement.

Manager de projet, programmeur, concepteur graphique et concepteur sonore sont autant de métiers auxquels les étudiants doivent se préparer. Comme l’explique Charline Chapelle, la formation d’Angoulême propose six parcours spécialisés. Ses étudiants jouissent d’une formation complète facilitant leur insertion professionnelle. Dès les 6 premiers mois du master, 80% des étudiants sont assurés d’une embauche.

Les formations dispensées par les écoles sont complètes. Les élèves doivent comprendre toutes les facettes du jeu vidéo et en maîtriser les techniques. Ils choisissent ensuite une spécialité. L’essentiel pour ces écoles est d’être professionnalisantes. « La crise existe aussi dans le jeu vidéo, admet Didier Agani, mais la force de Créajeux est d’envoyer ses étudiants en stage et de les faire travailler sur des projets professionnels ».

Tiphaine Cazalis & Audrey Viala