Jeux vidéo : les indépendants prennent les commandes

0
276
Minecraft jeu vidéo indépendant
Avec plus d'un million de ventes, Minecraft est LA référence du jeu vidéo indépendant.

A l’image du cinéma et de la musique, le jeu vidéo est un marché très fermé que se partagent quelques grands éditeurs. Demain, au sein de l’espace Turing de la faculté Saint Jean-d’Angely, les créateurs indépendants auront l’opportunité de sortir de l’ombre pour présenter leurs jeux et concepts innovants.

Non, l’actualité du jeu vidéo ne se limite pas aux sorties annuelles des jeux « mainstream » et aux sempiternelles nouvelles versions de FIFA, Call of Duty et autres Assassin’s Creed. En marge de ces grandes sorties, de nombreuses petites équipes de développeurs aux moyens réduits tentent chaque année de se faire une place au soleil. Une quête ardue mais loin d’être impossible. Les exemples de jeux vidéo indépendants ayant connu un grand succès ne manquent pas. Des jeux comme Magicka, Trine, ou encore World of Goo ont réussi à se démarquer dans ce secteur pourtant très concurrentiel.

C’est d’ailleurs autour de ce thème que la JMJV, la Journée Mondiale du Jeu Vidéo, s’organisera. Des dizaines de titres indépendants, tous plus originaux les uns que les autres seront à l’essai. L’occasion aussi de découvrir le travail de l’auteur Éric Chahi (créateur de « Another World », « From Dust »…) au cours d’une rétrospective ainsi que les jeux créés par les étudiants du Master Jeux Vidéo 2011-2012. Une table ronde sur le thème « Créativité, gameplay, modèle économique… Peuton parler d’indépendance dans le jeu vidéo ? » se tiendra aussi afin de décortiquer ce phénomène encore trop marginal.

Moyens réduits, créativité illimitée

Comment ces petits éditeurs aux moyens plus que réduits parviennent à exister ? Cyril Casaucau, développeur d’applications informatiques et geek invétéré nous explique : « On parle très peu des créateurs indépendants et de leurs jeux, pourtant certains sont très bons. L’avantage des petites équipes de programmation c’est justement l’absence de contraintes qu’imposerait une grande entreprise ils peuvent donc facilement compenser leur manque de moyens par une créativité sans limites. Du coup, on se retrouve avec des jeux plus innovants, plus créatifs, et un gameplay (NDLR : façon de jouer) différent. L’inconvénient pour ces équipes, c’est qu’elles n’ont pas les moyens de promouvoir leurs jeux à grande échelle et restent souvent dans l’ombre des grands… » L’exemple récent du jeu Minecraft illustre parfaitement ce cas de figure : un jeu de construction aux graphismes rudimentaires permettant une liberté totale qui a séduit des millions de joueurs. C’est bien connu, quand on a pas de pétrole, il faut des idées !

Alexandre de Castro