Jeu, set et smatch

0
212

Pour la 10ème journée de championnat de Ligue A, l’AS Cannes affronte demain soir le Nice Volley Club (NVB) au palais des Victoires de Cannes. Un derby du sud à enjeux pour deux équipes au parcours opposé.« Et un, et deux, et trois-zéro ! » scandaient l’année dernière les supporters cannois, après leur victoire 3 sets à zéro face aux volleyeurs niçois. Une culottée dont se souvient Rémy Kraska, capitaine du NVB : « La défaite du derby nous avait fait mal mentalement. On avait enchaîné par deux défaites. »

Et à première vue, l’histoire risque de se répéter. Niveau classement, l’AS Cannes est au pied du podium et Nice frôle la relégation. Sauf que depuis deux semaines, la situation tend à s’inverser. « On reste sur deux grosses perf’, notamment notre 3-0 contre Toulouse. La confiance est de nouveau au rendez-vous », continue l’attaquant-réceptionneur.

Ca s’en va et ça revient

Son de cloche différent côté Cannois. Les protégés de Laurent Tillie font grise mine après leur élimination en ligue des champions, et les deux défaites en championnat. A l’heure des départs en vacances, c’est un véritable chassé-croisé des deux clubs qu’analyse leur entraîneur : «Individuellement on a le niveau, mais c’est collectivement que le bât blesse. On reste sur une série noire. Mais rien ne vaut un derby pour renouer avec la victoire ! »

Les joueurs pourront compter sur le soutien du public. Si l’affluence moyenne au palais des Victoires approche les 700 personnes, « on attend 1300 supporters pour le dernier match de l’année à domicile », espère Laurent Tillie.

L’objectif pour les Cannois et leur coach « reste le titre ». Les Niçois sont, eux, plus mesurés. «Assurons-nous le maintien, le reste ce sera du bonus », analyse Matthias, aficionado du NVB. Une opération qui commence dès demain, à Cannes. Une victoire à ne pas volley.

Hugo Giusti