Jean-Pierre Nicol : « Accrocher la Solitaire du Figaro à mon palmarès »

0
77
Jean-Pierre Nicol (CR : http://www.jpnicol.com)

Entre Atlantique et Méditerranée, le navigateur breton Jean-Pierre Nicol prépare la Solitaire du Figaro qui se déroulera à partir du 2 juin prochain. Mais avant de penser au départ, le skipper de « Bernard Controls » passera par la case Solo Concarneau qui débute ce samedi (4-9 mai).

Jean-Pierre Nicol (CR : http://www.jpnicol.com)

La Solitaire du Figaro (à partir du 2 juin) arrive à grands pas pour les 26 participants. Parmi eux, Jean-Pierre Nicol. Le skipper de 34 ans ne cache pas ses ambitions. Licencié à la Grande-Motte, le Rennais a choisi de s’entraîner en Méditerranée pour se démarquer de la plupart de ses concurrents. La Grande Bleue a une certaine particularité géographique et topographique, du fait qu’elle soit une mer presque entièrement fermée et avec beaucoup de relief dans sa partie nord : « Elle a des régimes de vents canalisés et assez soudains. Cela demande donc beaucoup de réactivité et d’adaptation », rappelle Jean-Pierre Nicol.

Le skipper avoue avoir choisi la baie Héraultaise pour pouvoir naviguer tout l’hiver, sans interruption : « La Méditerranée est plus ensoleillé et les températures sont plus élevées l’hiver. C’est l’idéal pour naviguer contrairement à la Bretagne où les bateaux rentrent dans les chantiers et hangars ». Un avantage sur les adeptes de l’Atlantique mais c’est bien en Bretagne que le jeune marin de 34 ans devra faire ses gammes avec la Solo Concarneau.

La case Solo Concarneau

Déjà satisfait de son parcours à la Solo Arrimer (1) il y a un mois, le skipper de Bernard Controls devra encore confirmer sur la Solo Concarneau. Répétition générale, à partir de demain et ce jusqu’au 9 mai, avant le départ de la Solitaire du Figaro le 2 juin prochain. Une boucle sur la côte sud finistérienne jusqu’à l’Île d’Yeu en Vendée (2).

Jean-Pierre Nicol ne boude pas son plaisir de se mesurer à quelques grands noms de la voile dont Michel Desjoyeaux, Armel Le Cléac’h ou Nicolas Lunven : « Tout le monde aura encore augmenté son niveau. C’est génial d’avoir des courses de préparation avec ce niveau ».

Objectif : remporter la Solitaire

Aujourd’hui, la Solitaire du Figaro est un objectif pour tout marin : « Je suis prêt. Je veux l’accrocher à mon palmarès ». Elle se déroule en 4 étapes de 3 à 4 jours chacune et se calcule au cumul du temps. Cette année le départ se fera à Bordeaux, et emmènera les monocoques vers Porto (Portugal), Gijón (Espagne), Roscoff (Bretagne) et une arrivée à Dieppe (Normandie).

Jean-Pierre Nicol prendra le départ de sa 5e Solitaire où il a brillé avec deux podiums d’étape en 2010 et 2011. En espérant que ses performances lui permettront de prendre la plus belle des places cette année.

Jean-Guillaume Daunizeau

(1) Jean-Pierre Nicol a terminé 10e de la Solo Arrimer (boucle entre les Sables d’Olonnes et Belle-Île) : « Je suis satisfait car ma course est correcte. Un top 10, alors que le plateau était composé de 7 anciens vainqueurs, c’est bien ».

(2) Départ dans la baie de La Forêt-Fouesnant. Les skippers devront parcourir 370 milles, de Concarneau à l’Île d’Yeu, suivie d’une remontée à Ouessant avant de revenir à Concarneau. Les premiers bateaux sont attendus le jeudi 9 mai dans la matinée.