Ils se plient en quatre pour se sauver

0
226

Si la lutte est féroce au sommet du Top 14, la douzième journée semble avoir mis en valeur une autre bagarre qui paraît toute aussi serrée. Celle qui oppose les 4 fantastiques du bas de tableau que sont Brive, La Rochelle, Agen et Bourgoin.

Alors qui descendra à la fin de la saison ? Les cartes sont-elles déjà distribuées ? La journée d’hier semble en tout cas avoir offert quelques indications.

Le Top 14 est connu pour être l’un des meilleurs championnat de rugby de la planète. Mais si cette affirmation s’en trouvait contestée, on pourrait à coup sûr le qualifier de plus passionnant du moment. Aucune équipe ne peut se permettre de calculer et surtout pas celles qui sont en bas de tableau. Alors que les observateurs prédisaient les pires difficultés pour les deux promus rochelais (11e avec 19 points) et agenais (13e, 15 points), deux autres formations se sont invitées au bal des mal classés : Bourgoin (dernier avec 10 points) et Brive (12e, 19 points).

Des promus en verve

La douzième journée qui s’est disputée hier a tourné à l’avantage de La Rochelle (qui bat Clermont 22 à 14, privant les Jaunards du bonus défensif) et Agen (vainqueur du Racing Métro 21 à 20). Ironie du sort, ces deux victoires se sont dessinées sur les mêmes bases. Loin d’être étincelants dans le jeu, les promus ont été exceptionnellement réalistes au pied. Valentin Courrent a inscrit sept pénalités pour le SUA, dont celle victorieuse à la 80e minute. De son côté, La Rochelle s’en est remis à la botte de son ouvreur Benjamin Dambielle, auteur de 17 points, pour décrocher une performance historique : battre le champion en titre à Marcel-Deflandre.

Bourgoin et Brive dans la tourmente

La soirée a en tout cas été plus pénible pour ces deux clubs pourtant habitués aux joutes du Top 14. Les Brivistes se sont lourdement inclinés à Montpellier, 35 à 9, en pliant devant la puissance du pack montpelliérain.

Du côté du stade des Alpes de Grenoble, le miracle n’a pas eu lieu pour Bourgoin face au leader toulousain (11-35). Si les dirigeants berjalliens ont gagné leur pari financier en attirant près de 20 000 spectateurs, ils sont encore une fois passés à côté de la victoire … sportive celle-ci. Certes, la montagne toulousaine se présentait au pied des Alpes, mais les ciel et grenat ont à nouveau fait preuve de courage… en vain. Et le plus inquiétant, c’est que le pack n’a pas fait illusion dans ce match, conséquence des nombreuses blessures qui handicapent ce groupe. Pas sûr que les Berjalliens résistent à une deuxième année galère, après le formidable sauvetage de l’année dernière.

Chaque point comptera

Jouer le maintien, c’est se préparer à disputer des match serrés où le moindre point grappillé est capital. D’autant qu’au crépuscule des matchs allers, ces quatre équipes se talonnent de près dans leurs confrontations directes. Bourgoin et La Rochelle ont tous deux pris neuf points sur quatorze possibles contre leurs concurrents. Et en attendant un crispant AgenBrive (le 4 décembre prochain), c’est le club corrézien qui a le plus mauvais bilan avec deux défaites, face à Bourgoin et La Rochelle.

Mais prendre le bonus défensif à défaut de gagner contre les ténors sera également primordial. Et dans ce domaine, ce sont les brivistes qui excellent avec 5 points empochés. Autant de calculs d’apothicaires qui rendent ce mini championnat passionnant.

Au final, même si Bourgoin (dernier) est à la traine avec cinq points de retard sur Agen, et neuf sur Brive et La Rochelle, rien ne semble définitif. Nul doute que les quatre effectifs profiteront de ce mois de trêve internationale pour souffler et préparer au mieux une deuxième partie de saison qui s’annonce électrique.

Anthony Verpillon