Handball – Valérie Nicolas : envolée de sa cage dorée

0
86

Dernier rempart de l’équipe de France championne du monde de handball féminin en 2003, Valérie Nicolas est aujourd’hui une personne comblée à l’orée d’une nouvelle vie. A 38 ans, la Bretonne a posé ses valises à Nice il y a quelques années avec à la clé une reconversion de choix. Portrait d’une femme aux plusieurs buts.

C’était il y a 10 ans. « Ce n’est pas si loin que ça » dit-elle. Le 14 décembre 2003, l’équipe de France féminine de handball était sur le toit du monde. « Une fierté, un sentiment de plaisir immense » selon ses dires. Victorieuses de la Hongrie au terme d’une folle remontée, les Bleues devenaient les premières championnes du monde du handball féminin français. Et avec elles, une femme tenait déjà son but. Depuis, le temps s’est écoulé, les années ont passé mais la silhouette n’a pas changé. Les baskets et le survêtement sont toujours d’actualité, ces cheveux bruns, jadis plus court, ont désormais poussé, symbole d’une féminité accrue. Mais la personne, elle, reste la même. 

Nice, une reconversion progressive et naturelle

A défaut d’une cage, le théâtre de la nouvelle vie de Valérie Nicolas est plus classique. C’est dans un bureau du Palais des Sports Jean-Bouin que l’ancienne championne remplit désormais ses fonctions. Dans le monde sportif évidemment. Chargée de missions dans l’événementiel à la direction des sports de la mairie de Nice, Valérie Nicolas est « passé à autre chose, à une autre vie ». Les mots sont rares mais choisis. Mais au fait pourquoi Nice ? « C’était l’endroit idéal où je pouvais commencer à mettre un pied dans une future reconversion » explique-t-elle. En 2008, la gardienne de handball qu’elle était vient d’achever ses troisièmes JO à Pékin, elle a 33 ans et songe à l’avenir : « Il était temps que ma vie personnelle, et de femme avant tout, prenne le dessus ». C’est alors que l’ASPTT Nice, devenu par la suite OGC Nice, lui propose un dernier challenge. Faire monter ce club amateur de la quatrième à la première division. Un défi relevé en seulement quatre ans à raison d’une montée par saison. « C’était une aventure incroyable sur le plan humain d’aider des filles à se sublimer, j’ai gagné quasiment tout ce que je voulais dans ma carrière mais ça je ne l’avais jamais fait » se rappelle-t-elle derrière son bureau. 

Consultante handball à la télé, son dernier lien d’attache

Il était donc temps de tourner le dos au terrain, en tant que sportive du moins. Car depuis 2008, Valérie Nicolas occupe une fonction de consultante pour le groupe Canal+. Un exercice « compliqué au début mais qui me plaît aujourd’hui ». Ce poste constitue son dernier lien d’attache avec le handball avant, pourquoi pas, une autre destinée ? L’intéressé laisse planer le doute : « Peut-être qu’un jour j’aurai d’autres fonctions par rapport au handball… ». En attendant, elle ne regrette rien de sa vie écoulée. A 38 ans, elle aborde le futur avec une grande sérénité, pratique les sports de raquette avec sérieux et profite à fond du soleil de la Baie des Anges. Un soleil qui rappelle l’éclat dorée de ses nombreuses médailles gardées bien au chaud dans une petite boîte de vin. Elles aussi évoqueront sûrement des souvenirs qui se bonifieront avec le temps.

Fabien Mariaux