Handball : un tour de plus pour Monaco

0
174
Les joueurs de l'ASM Handball après leur victoire face à Valence.

Hier après-midi, pour les 32èmes de finale de la Coupe de France, Monaco (N2) s’est imposé face à Valence (D2) sur le score de 25-24, et accède au 16èmes de finale. Une aventure qui continue pour les joueurs monégasques, eux qui n’avaient pas imaginé arriver à ce stade de la compétition. 

« On était tous euphoriques, surtout parce qu’on a bien joué au handball ». C’est par ces mots que Samuel Balestrini, arrière droit de l’ASM, décrit la victoire surprise d’hier. Une victoire acquise dans les dernières secondes, avec un point d’écart. L’homme du match, c’est incontestablement le gardien, Michael Reinwarth, qui a sauvé son équipe à de nombreuses reprises. « C’était un Michael des grands jours, rien ne passait. En première mi-temps on ne prend que 7 ou 8 buts, c’est très peu et ça nous a servi pour remporter le match » déclare Balestrini, fier de ses coéquipiers.

Un club de D1 à Gaston Médecin

Une performance défensive qu’il faudra réitérer pour les joueurs, qui auront fort à faire pour les 16èmes de finale. Le 18 décembre prochain, à domicile, leur futur adversaire sera Nîmes, club de première division. Le niveau sera élevé. Pour autant, les joueurs ne partent pas défaitiste : « Cela va nous permettre de nous jauger, et puis c’est toujours bon pour l’expérience. On est réaliste sur la différence de niveau, mais en Coupe de France tout est possible ». Des surprises qui sont en effet possible, et les Monégasques le savent. Au premier tour de cette Coupe, ils avaient déjà réussi à l’emporter face à La-Seyne-sur-Mer, club de N1. Ils s’étaient ensuite imposés face à Fréjus et La Crau.

Des retrouvailles attendues

« L’essentiel sera de prendre du plaisir, et de jouer notre carte à fond ». Samuel Balestrini est déjà tourné vers ce prochain match. Un adversaire qu’il connait bien, puisque Nîmes est un de ses anciens clubs. Tout comme le capitaine Jordan Perronneau, il a connu le haut niveau, la pression de la D1 et le monde professionnel dans le club du Gard. C’est avec impatience qu’il attend ce match, qu’il espère aussi beau que celui d’hier : « La pression ne sera certainement pas sur nos épaules, nous n’avons rien à perdre. Pour nous, ce n’est que du bonus ».

Marion Pauzier