Grève des taxis : le monde médical inquiet

0
92

Grève des taxis aujourd’hui à Nice et Marseille. Leur but ? Protester contre la nouvelle législation proposée par le gouvernement. Une proposition mal acceptée dans le domaine médical.

Les taxis en grève ce matin sur la Promenade des anglais. CP: nicematin

Ce jeudi, les taxis de Nice et Marseille ne feront pas de courses. Non, aujourd’hui ils protestent. Les chauffeurs niçois et marseillais sont contre l’article 44 de la nouvelle loi de financement de la Sécurité Sociale. L’Etat souhaite donner le marché des taxis à des sociétés privées à l’aide d’appel d’offre. Les grandes sociétés privées de transport, comme UPS et Veolia, devraient être les bénéficiaires. Mécontentement et dépit règne dans le domaine médical. En effet Mireille, infirmière en psychiatrie à la clinique privée des 3 Lucs, explique que « ce système va engendrer une dégradation de la prise en charge des patients. Nous avons des chauffeurs privés. Cela permet d’installer un dialogue entre le patient et le conducteur. C’est cela que recherche une majorité des malades : de l’écoute ». Elle explique également que désormais, si la loi passe, de nouveaux véhicules seraient mis en place. Des véhicules de tourismes avec chauffeurs (VTC) et des motos. Mais le temps d’attente pour le patient serait beaucoup plus long.

Un chiffre d’affaires mis en péril

Le transport de patients du domaine médical correspond à 80% du chiffre d’affaires des taxis d’après un article du site de la mutualité française. De plus, dans les régions rurales, ces derniers réalisent uniquement des transports médicaux. Selon un article du Figaro, la prise en charge des dépenses par la sécurité sociale coûte 3,5 milliards d’euros par an, soit 2,1% des dépenses. « Le chiffre augmentera fortement si la loi passe. En effet le transport des patients par ambulance est bien plus cher que par taxi » informe Mireille. L’intersyndicale en manifestation aujourd’hui est composé de FO, CFTC, CFDT, FTI 75, GESCOP, et EDTP. Une délégation de l’inter syndicale devrait être reçue dans l’après-midi au ministère de l’intérieur. S’ils obtiennent une réponse intéressante, les taxis devraient reprendre leur activité. S’ils sont insatisfaits, ils profiteront de la venue du Président François Hollande dans la cité phocéenne samedi, pour continuer la grève.

Romain Fiaschetti