Giroud : super Hérault !

0
227

Laurent Blanc dévoilera, le 29 mai prochain, sa liste pour l’Euro en Ukraïne et en Pologne du mois de juin. La sélection pourrait accoucher d’une surprise : celle d’Olivier Giroud. Ou plutôt d’une juste récompense pour le buteur montpelliérain, auteur d’un excellent début de saison, à l’image de son club.Huit buts dans la même rencontre. Non, nous ne sommes pas en Premier League, ni même en Bundesliga. L’évènement se passe sur une pelouse de Ligue 1 un soir d’octobre, au stade de la Mosson exactement. Dijon vient de subir la loi du 2e du championnat (5-3). Van Persie ou Gomez n’ont pas fait parler la poudre cette fois. Olivier Giroud, si. Pas une, ni deux, mais à trois reprises ! Le numéro 17 du MHSC n’en finit pas de briller. Il porte déjà son compteur personnel à 8 buts marqués en 11 matchs de Ligue 1 au cœur de l’automne. Un ratio qui ne s’éfilochera pas au fil des matchs : aujourd’hui, le buteur de la Paillade en est à 17 réalisations en 27 rencontres de championnat. Giroud joue seulement sa deuxième saison dans l’élite et son talent éclôt au plus haut-niveau avec une insolente réussite. Suffisant pour que le sélectionneur national, Laurent Blanc, pas insensible à ses performances, lui accorde sa confiance en vue de deux tests amicaux concluants face aux Etats-Unis et la Belgique. Reconduit titulaire en Allemagne, le Montpelliérain réalise le match parfait ponctué d’un but et une passe décisive. Dès lors, il s’impose comme le choix n°2 parmi le vivier d’attaquants tricolores car c’est sans doute celui qui possède la palette la plus complète.

Un profil atypique

Du haut de son 1m92, Olivier Giroud exploite pleinement le gabarit mis à sa disposition. Puissant, dominateur dans le domaine aérien, l’ancienne révélation de Tours étonne par sa capacité à se défaire des duels. Malgré un physique de déménageur, Giroud se montre doué techniquement et habile face au but. Au point d’en faire aujourd’hui, un attaquant prolifique, actuellement meilleur buteur de Ligue 1, loin devant Kevin Gameiro ou Bafétimbi Gomis, ses concurrents en bleu. Joueur altruiste autant que réaliste, le Montpelliérain arrive à faire briller ses partenaires tout en enchaînant les buts. Un toutes les 123 minutes de jeu précisément. Au delà de sa combativité, l’avant-centre affiche surtout une intelligence dans ses déplacements. Seul en pointe de la formation héraultaise, il aimante quasiment tous les ballons. Le pallier franchi par Giroud ne se résume donc pas qu’à une feuille de statistiques, son influence est réelle. Depuis le mois d’août, le MHSC figure dans le top 5 du championnat et lutte pour le titre avec l’armada parisienne. Giroud n’y est pas étranger.

Tout sauf un mutin

La présence de sang neuf dans le fameux noyau dur recherché par le sélectionneur relèverait du bon sens. A part Karim Benzema, titulaire dans l’un des plus grands clubs européens et irréprochable sous le maillot Bleu : qui semble indiscutable sur le front de l’attaque tricolore ? Ribéry ? Malouda ? Nasri ? Le nombre de capes n’est aucunement un indicateur de mérite. En témoignent les piètres prestations de ces derniers sous le maillot national. Ainsi, la logique veut que l’on coche les noms des meilleurs éléments. Quant à la vie du groupe chère à Laurent Blanc, elle ressemble avant tout à une pirouette pour éviter la remise en question. A moins d’un an d’un Euro 2012 où les Bleus font figure de modeste sélection, une identité de jeu doit émaner de cette équipe de France. Ce à quoi le buteur de Montpellier peut être utile, d’autant qu’il fait l’unanimité. A condition que le sélectionneur national se donne les moyens de ses ambitions. Privilégier un système en 4-4-2 bien plus adapté aux qualités de la génération actuelle … et d’Olivier Giroud.