Galactiques !

0
212

Hier soir, les joueurs de Claude Onesta ont arraché leur 4e titre mondial face au Danemark après prolongations (37-35). S’ils ont fait la course en tête tout au long du temps règlementaire, les Danois ont su égaliser dans les dernières secondes.Tout s’annonce bien avant cette finale à Malmöe. Les Français sont champions du monde, d’Europe, et olympique en titre. Un seul résultat possible : la victoire. Pourtant, en face, les Danois restent sur neuf victoires en neuf matches disputés dans la compétition, et comptent bien bousculer la hiérarchie établie.

Une première période sur un faux rythme

Les Experts entament bien la rencontre avec une avance de deux buts obtenus malgré leur infériorité numérique. Alors qu’on s’attendait à un début de match sur les chapeaux de roues pour faire douter des Danois, les Français restent patients et conservent un léger avantage au score jusqu’à la mi-temps (15-12), sans forcer.

Pourtant, le début de seconde période est bien laborieux pour des Bleus qui ne parviennent pas à finir leurs contre-attaques : trop d’erreurs techniques suivent les bonnes récupérations de la muraille Dinart-Gille. Malgré ces signes de fébrilité, les Scandinaves tardent à en profiter mais parviennent à revenir au score à la 48e minute (24-24) : rien de mieux pour reprendre de la confiance.

Un passage à vide en seconde…

S’en suit une course au score effrénée. Jamais les joueurs de Claude Onesta n’avaient autant semblé en difficulté durant le mondial suédois. Si les médias français crient haut et fort depuis des semaines qu’Omeyer est le meilleur gardien du monde, le Danois Landin Jacobsen est bien au-dessus ce soir. L’ancien gardien de Barcelone survole la rencontre : sur les 47 premières tentatives françaises, le jeune portier scandinave en a arrêté…21 !

A la 55e minute, les Français ont repris une avance de deux buts, mais Jérôme Fernandez prend deux minutes de pénalité : il n’en fallait pas plus aux protégés d’Ulrik Wilbek pour égaliser à 29-29 à trois minutes de la fin du match. Les Bleus restent devant avec un petit but d’écart (31-30), mais les dernières secondes vont être cruciales : Bertrand Gille prend deux minutes à dix secondes du terme de la rencontre, alors que les Danois attaquent à sept après avoir remplacé leur gardien Landin par un joueur de champ. A trois petites secondes du buzzer, Spellerberg arrache la prolongation (31-31).

Un final haletant

La prolongation s’annonce difficile pour les Experts : en infériorité numérique et sûrement touchés par ce retour danois. Pourtant les Bleus ne se laissent pas abattre. Malgré une énième parade du mur Landin Jacobsen sur un penalty de Guigou (63e), les troupes de Claude Onesta finissent par venir à bout de leur adversaire. Karabatic (auteur de dix buts) aura fait honneur à son rang de meilleur joueur du tournoi, Jérôme Fernandez, le capitaine, a pris ses responsabilités en transformant un penalty à deux minutes de la délivrance, et Guigou a ce soir encore été crédité de 7 buts. Les Experts tiennent leur 4e titre consécutif en autant de compétitions majeures (37-35).

Champions olympiques à Pékin en 2008 face à l’Islande (28-23), champions du monde à Zagreb en 2009 contre la Croatie (24-19) et champions d’Europe à Vienne en 2010 devant ces mêmes Croates (25-21), les Experts avaient toujours survolé leurs finales. La victoire obtenue au forceps ce dimanche à Malmöe n’en est que plus belle, et n’est pas sans rappeler la finale de 2001… Déjà qualifiée pour le prochain Championnat du monde et les JO 2012, la génération dorée du handball français pourrait bien passer d’experte à galactique.

Baptiste Quenaudon