Futsal – Jérôme Brachet : « La FIFA a spolié notre sport »

0
265

Président de l’Union Nationale des Clubs de Futsal (UNCFS), Jérôme Brachet se bat pour que sa fédération soit reconnue comme la seule régissant ce sport en France. Et la réalité est pour le moins compliquée pour l’ancien saloniste. Entretient.

Quelle est la différence entre le « futsal FIFA » et le futsal que vous pratiquez ?

La FIFA s’est emparée du futsal et utilisant un terme qui ne lui appartient pas. C’est un plagiat de notre sport. Notre futsal a été codifié pour la première fois en 1933. Il s’est professionnalisé dans les années 1950 en Amérique du Sud. La FIFA s’est permise de récupérer le nom de notre sport dans les années 1990 en jouant sur les mots. Elle appelle en effet cette discipline « Football en salle » en précisant entre parenthèse « futsal ». Elle en a, de plus, totalement changé les règles, en adaptant simplement le football sur un terrain réduit. Notre sport est avant tout un mélange de plusieurs disciplines comme le handball, le basket-ball ou le football. Nous sommes affiliés à l’Union Européenne de Futsal (UEFS) et à l’Association Mondiale de Futsal (AMF). Donc, contrairement à ce que dit la Fédération Française de Football (FFF), nous ne sommes pas une création récente.

On vous sent remonté contre le football…

Il y a une véritable propagande qui est mené par le football et notamment par les instances internationales qui ne veulent pas de concurrence pour leur sport. En nous spoliant, ils agissent comme si la fédération internationale de tennis s’accaparait celle de tennis de table, ce qui serait aberrant. Dans certains pays comme l’Uruguay, il est interdit à la fédération nationale de football d’utiliser le terme de futsal. Le problème en France, c’est qu’une simple association comme la nôtre ne peut pas s’attaquer à une immense fédération comme la FFF.

Au niveau national, la FFF vous met-elle des bâtons dans les roues ?

Elle fait tout pour nous empêcher de nous développer. Elle enseigne le « futsal FIFA » qui n’est pas notre futsal, et se permet donc de remettre en cause 80 ans d’histoire pour notre discipline. En plus, elle interdit à ses licenciés de prendre une seconde licence chez nous, sous peine de radiation. C’est totalement contraire aux lois françaises concernant les libertés d’associations.

Quel est l’intérêt pour le football de tenter de monopoliser le futsal ?

Ils veulent simplement faire de l’argent. La FIFA, qui est une grosse multinationale ne l’oublions pas, veut récupérer un marché très intéressant, financièrement parlant, surtout en Amérique du Sud, en utilisant le travail fait par l’AMF depuis tant d’années. Le problème c’est que personne ne fait rien. En France il suffirait que les politiques nous donnent un agrément. Ainsi nous serions protégés et nous pourrions développer notre activité comme nous le souhaitons. Mais personne  n’ose faire de l’ombre au football et à ses instances …

Charles Arrigoni