French Bashing : les Anglo-saxons adorent l’utiliser

0
121

Le débat pour les primaires républicaines, qui s’est tenu dans la nuit de mercredi à jeudi, a prouvé une nouvelle fois que le French Bashing est partie intégrante de la culture anglo-saxonne. Mais pourquoi est-il autant utilisé ?

« Le Sénat, est-ce une semaine de travail à la française ? » Voilà comment Jeb Bush, candidat à la primaire républicaine aux Etats-Unis, décrédibilise un de ses adversaires du soir Marco Rubio, lors d’un débat télévisé. Vous ne voyez pas le rapport ? Ce dernier, sénateur de Floride, serait aussi « fainéant » que ses collègues français quand il s’agit d’être présents dans l’hémicycle.

Un argument politique

Il faut dire que le « Français » en politique est un argument de poids. Voire même une insulte. David Cameron, Premier ministre britannique, en avait fait son cheval de bataille pour enfoncer son principal adversaire Ed Miliband, du parti travailliste, lors des élections législatives de 2015. Pour preuve, la tribune qu’il avait signé dans le Sunday Times, relayée par Slate à propos du « rêve français » de Miliband  : « les retombées se feraient sentir avec des pertes d’emplois catastrophiques, une baisse du niveau de vie, une dette impressionnante et une chute de l’espérance dans notre avenir ». La France va mal, mes amis. Alors avec tout ça, si on a même plus le droit d’être pessimistes.

De bons gros clichés

Car oui, le système français n’est pas le seul à être taclé. Les « froggies », comme aiment nous appeler les anglo-saxons, en prennent aussi pour leur grade. Et ils vont loin dans le cliché. Mais dans quel but ? Sur Francetvinfo, Arthur Goldhammer, un expatrié américain explique que « certains journaux utilisent le French Bashing pour faire du  journalisme sensationnaliste et attirer les lecteurs ». Car à défaut d’autre chose, le Français est vendeur. Et ça commence dès le plus jeune âge. Pépé le Putois, un personnage des « Looney Tunes » est la caricature du Français malodorant et séducteur balourd, donnant une image peu flatteuse aux jeunes générations anglo-saxonnes.

5 exemples de French Bashing

Si le French Bashing est un « sport national » dans les pays anglo-saxons, la France reste, à leurs yeux, un pays romantique qui les fait fantasmer. Mêmes si les clichés perdurent, les relations restent amicales. C’est peut-être pour ça qu’ils adorent nous détester.

Leandra Iacono / Etienne Tauveron