France Bleu Assure

0
240

Depuis deux ans, la radio France Bleu Azur connait une nette progression dans les chiffres d’audience. Entre changement de direction et agrandissement de bureaux, zoom la situation de l’antenne.Enjamber planches de bois, poutrelles métalliques et autres pots de peintures. C’est le tarif pour s’immiscer dans les locaux niçois de France Bleu Azur, en pleine rénovation, à deux pas de la place Massena.

Ils sont 42 000 Niçois à se brancher sur la station tous les jours. En se plaçant 7ème au classement des radios en audience cumulée de la région, l’enseigne a grimpé de quatre places en deux ans. « On a gagné près de 17 000 auditeurs en un an. Dans la région, nous sommes en 4e position derrière France Inter, RMC et RTL », confirme Gilles Bonbonny, le directeur des programmes. L’homme est arrivé dans les locaux en 2008, dans les valises de l’actuel directeur Emmanuel Delattre.

Depuis peu, la matinale arrive en tête des audiences de la région. « On a effectué un repositionnement éditorial, continue Gilles. Désormais, on se dirige vers une actualité plus locale. On touche davantage les 35-60 ans. »

Une radio à l’écoute

Nathalie, la secrétaire, est sans cesse sollicitée depuis le début de la matinée « Je m’occupe des auditeurs, pour tout ce qui est jeux, annonces, publicité… »

Côté musical, la programmation se recentre sur les fondamentaux : « 70% sont des titres de la grande chanson française, le reste est beaucoup plus récent. »

Concernant l’avenir, Gilles compte bien moderniser le groupe. « A l’heure du numérique et du multimédia, on doit répondre présent. Aujourd’hui les émissions s’écoutent aussi en podcast ».

En repartant, entre deux ouvriers, un classique d’Edith Piaf résonne à l’antenne. Définitivement, France Bleu Azur voit la vie en rose.

Hugo Giusti