Formule 1 – La France passe son tour

0
98
Le Grand Prix de Monaco est à ce jour ce qui rapproche le plus la France de la F1. (Crédit photo : Pierre Caron)

La Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) a dévoilé le calendrier de la saison 2014 de Formule 1. Bilan, trois courses en moins par rapport à 2013 (Corée du Sud, Mexique, New-Jersey). Mais surtout, la France n’apparaît toujours pas dans les étapes de cette année.

Cela fait maintenant six ans que la Formule 1 ne s’installe plus en France, au moins le temps d’un week-end. Le dernier Grand Prix disputé dans l’Hexagone a eu lieu en 2008 à Magny-Cours (Nièvre). Depuis 1950 le Grand Prix de France était un incontournable de la discipline. Aujourd’hui, c’est « un problème de priorité de la part de l’Etat français » selon un responsable de l’Automobile Club de Monaco (ACM), organisateur du Grand Prix en principauté. Le gouvernement de François Hollande ne semble pas donner la priorité à un Grand Prix.

François Fillon, Premier ministre sous Nicolas Sarkozy affirmait pourtant en 2012 que la F1 allait revenir en France dès 2013 et que cela ne « coûtera rien à l’Etat ». En effet l’ACM confirme que le circuit Paul Ricard au Castellet était « prêt à accueillir le Grand Prix de France avant le changement de gouvernement ». De son côté Valérie Fourneyron, la ministre des Sports ne veut pas d’un Grand Prix en France tant que l’Etat doit participer financièrement.

Une volonté (presque) commune

La Fédération Française du Sport Automobile ne souhaite pas se prononcer sur le sujet, puisque le Grand Prix de France n’est officiellement pas dans le calendrier 2014. Comme une forme de fatalité. Pourtant pour beaucoup il est quasiment indispensable de retrouver un GP en France. « Comme celui de Monaco, le GP de France est un classique » souligne d’ailleurs l’ACM. Alors si l’Etat ne peut pas participer pour le budget, les circuits essayent de faire sans ces subventions. Le circuit Paul Ricard, a réuni le budget nécessaire (30 millions d’euros) en 2012. Insuffisant encore pour la Formula One Administration (FOA) chargé de l’organisation des Grands Prix par la FIA.

Quoi qu’il en soit, tout le monde dans le monde auto est d’accord sur un point : il faut retrouver un Grand Prix en France. C’est le cas d’Arnaud Papini, vice-champion du sud en karting (2009) : « Le Grand Prix de France est un événement majeur dans le sport auto. Le circuit Paul Ricard est vraiment incroyable et parfaitement adapté à la Formule 1 ». Les solutions seront peut-être trouvées pour la saison 2015, et la France pourra proposer sa candidature.

Pierre Caron