Football – Talisca, nouveau talisman du Benfica

0
109

Le jeune international olympique brésilien, arrivé cet été en provenance de Bahia, est l’une des révélations du Benfica. La semaine dernière, il a été encore une fois le danger numéro 1 contre l’AS Monaco en ligue des champions en offrant le but vainqueur à son équipe.

Le Benfica Lisbonne montre une nouvelle fois que les clubs portugais ont le nez creux pour dénicher de nouvelles pépites. Et Anderson Souza Conceiçao, dit Talisca, est bien parti pour en devenir une très belle. Acheté pour 4 millions d’euros par le Benfica, Talisca a déjà marqué 9 fois en 14 matchs. Son dernier but contre Rio Ave le 2 novembre a explosé une nouvelle fois les compteurs Youtube. Pourtant rien ne laissait penser qu’il porterait à bout de bras l’équipe de Jorge Jesus. L’entraineur portugais, contraint par de nombreuses blessures dans le secteur offensif, place le jeune milieu un cran plus haut.

Le nouveau Rivaldo ?

Dès lors, le longiligne brésilien marche sur l’eau. Sur le site de la FIFA, Jesus compare même Talisca à un de ses illustres compatriotes : « Ce gamin m’a tout de suite fait penser à Rivaldo à cause de ses caractéristiques physiques et techniques ». Comparaison qui ne semble pas effrayer le joueur de 20 ans, qui a déjà dans un coin de sa tête les Jeux de Rio dans deux ans. L’objectif pour lui : ramener la médaille d’or pour faire oublier au peuple brésilien la désillusion du mondial. Avant, pourquoi pas, de s’imposer dans la grande Seleçao.

« Tout le monde le connait »

Quand un tel talent crève l’écran du jour au lendemain la même question se pose. Comment ce club a pu le remarquer et pas les autres ? Si la découverte de Zidane a été source de conflits entre Jean Fernandez et Guy Lacombe, celle de Talisca l’est tout autant. Mais entre Jorge Jesus et José Mourinho, ce n’est pas le même monde. L’entraineur portugais de Chelsea a déclaré au DailyMail connaitre Talisca bien avant les lisboètes. « Nous l’avions remarqué avant Benfica et il voulait nous rejoindre. Mais cela n’a pas été possible à cause du permis de travail ». Excédé devant la sortie du Mou, Jorge Jesus crie et proclame la paternité de la découverte. Son départ vers la Premier League semble inéluctable. Mais quand beaucoup de personnes attendent à Calais pour traverser la manche, Talisca patiente et progresse à Lisbonne. Pendant que Benfica attend le jackpot. Dès son arrivée, le club a fixé sa clause libératoire à 45 millions d’euros. Pas de quoi effrayer Arsenal, Chelsea et Liverpool, les plus intéressés par l’auriverde. Pour Monaco, Talisca sera la source de leur cauchemar pendant encore quelques temps…

Julien Duez