Football – L’avilissement du ballon d’or

0
48

Une cérémonie, une vague d’émotions. Ronaldo a été élu ballon d’or, avec un palmarès blanc comme le maillot du Réal. Il s’est fendu d’un bref discours avant de fondre en larmes. Ce trophée l’obsédait tel un bébé s’agrippant avec désespoir au sein de sa mère. Messi, le gentil fils que Blatter aurait aimé avoir dans sa maison, blessé quatre mois, a fini deuxième. Cette place lui a arraché un sourire. Ribéry, qui a tout gagné avec le Bayern, est coiffé au poteau. Perdu comme un cactus dans le désert, il s’est réfugié dans un mutisme glacé. Son rêve s’est écroulé comme un édifice dynamité. Hélas, la « routourne » n’a pas tourné !

Moussa Sarr