Football – Jouer avec des lentilles, c’est mieux

0
232

Bien malgré lui, Karim Rekik a agité les réseaux sociaux dimanche 29 novembre. Le défenseur de l’Olympique de Marseille a perdu sa lentille de contact pendant le match contre l’AS Monaco. Aujourd’hui, les footballeurs professionnels souffrant de troubles de la vue privilégient les lentilles aux lunettes. Une solution efficace et adaptable à chaque type de correction.

Tous les passionnés du ballon rond se souviennent d’Edgar Davids. Parce que le Néerlandais a joué dans plusieurs grands clubs européens (Ajax Amsterdam, Barcelone, Juventus). Mais surtout parce qu’il était facilement reconnaissable sur le terrain. Ses problèmes oculaires (Edgar Davids avait été opéré d’un glaucome) l’obligeaient à porter des lunettes sportives spécifiques.

Le cas d’Edgar Davids est extrêmement rare. L’évolution de la technologie a permis une utilisation accrue des lentilles de contact chez les sportifs. Des lentilles qui offrent un confort immédiat et une vision parfaite, sans déformation due aux contours des lunettes. « Les footballeurs optent pour des lentilles souples, qui sont journalières et jetables. Elles peuvent corriger tous les problèmes de vue, de la myopie à l’astigmatisme. Il n’y a pas besoin d’entretien », affirme Patricia Zygmanowski, opticienne à Nice.

Une faute professionnelle de Karim Rekik ?

Ces correcteurs visuels sont sensés aider aux performances. D’autant qu’il est très rare de les perdre en plein match, à l’inverse des lentilles semi-rigides, plus traditionnelles et qui sont plus exposées aux chocs et affrontements rugueux. Karim Rekik a-t-il fait le bon choix de lentilles ? Il est vrai qu’il a souvent été mis en difficulté dans les duels. Il a même percuté son propre gardien Steve Mandanda à la réception d’un corner en seconde mi-temps. « On ne sait pas à quel moment exact il a perdu sa lentille de contact. Mais selon moi, ce qui est arrivé à Karim Rekik n’est pas normal. Avec une lentille souple, cela ne peut pas se produire », avoue Patricia Zygmanowski.

Lunettes pour les jeunes footballeurs

La FIFA (Fédération Internationale de Football Association) autorise toujours le port des lunettes sportives en match. Elles sont bien plus sûres qu’auparavant. Il n’y a pas de partie métallique. Les verres sont en polycarbonate, une matière plastique résistante à la chaleur. L’équipement est toutefois employé majoritairement par les jeunes footballeurs. « En effet, pour les enfants de moins de quinze ans, les ophtalmologistes sont réticents à l’usage des lentilles de contact. Essentiellement pour des raisons d’hygiène », précise Patricia Zygmanowski. Certains diront qu’avec des lunettes, Karim Rekik aurait quand même fini à terre devant la feinte d’Almamy Touré sur le second but monégasque.

Alexandre Kotowski