Football – Incidents à l’Allianz Riviera : un maître-mot, responsabilité

0
49
Les Stéphanois ont été évacués du stade après les débordements.

Près de 200 sièges arrachés, une dizaine de supporters blessés et cinq membres de la sécurité agressés. Tel était le bilan, hier soir, après le passage des supporters stéphanois à l’Allianz Riviera. Il n’en fallait pas plus pour faire réagir la sphère politique locale, qui souhaite placer les fautifs devant leur responsabilité.

En tant que supporter, Xavier Garcia, porte-parole du PS dans les Alpes-Maritimes et présent au stade hier après-midi, a profondément regretté ces débordements. « C’est dommage, ce sont les clubs qui payent l’addition avec des matchs à huis clos et des points retirés. Mais le stade n’est pas en dehors de la loi, si les fauteurs de trouble sont identifiés, ils doivent être punis. »

Xavier Garcia PS

Christian Estrosi, le député-maire de Nice, avait déjà demandé ce matin, à l’instar de son opposant politique, que « des actions soient engagées pour que les fauteurs de trouble supportent le coût des réparations de la tribune endommagée. »

Marie-Christine Arnautu, tête de liste FN aux élections municipales de Nice en 2014, a rappelé « que le comportement banalisé de quelques racailles pénalise les vrais supporters et représente une véritable menace pour les familles qui viennent assister aux matchs. » La vice-présidente du parti de Marine Le Pen a également souhaité que « les réparations des dégâts ne soient pas imputées aux Niçois. »

À noter que sur le terrain, les joueurs de Saint-Etienne se sont imposé 1-0 grâce à Mevlut Erding. Mais ce ne sont pas le but de l’attaquant turc et l’erreur du jeune gardien niçois, Luca Veronese, qui ont fait les gros titres de la presse ce matin.

Thimoté GARCIN