Football – Ibrahimovic : bavard ou beau parleur ?

0
96
Zlatan Ibrahimovic, attaquant présent sur et en dehors des terrains.

« Je n’ai pas besoin du Ballon d’Or pour savoir que je suis le meilleur ». Voilà une nouvelle phrase choc à mettre au compteur de Zlatan Ibrahimovic. Hier soir, après la victoire du Paris Saint Germain 2-1 face à l’Olympiakos, et qui lui assure la qualification pour les 8èmes de finale de la Ligue des Champions, l’attaquant suédois a encore fait parler de lui. Des propos qui commencent à devenir une habitude.

Zlatan Ibrahimovic, attaquant présent sur et en dehors des terrains.

En plus de montrer ses capacités à chaque match, Zlatan a décidé de s’attaquer à son image en dehors des terrains. Et la solution qu’il a trouvée : faire du Zlatan. Maintenant habitué, le public ne tient plus compte des propos du joueur, et s’en délecte même. Après sa propre comparaison avec Dieu, ou encore la phrase « Même mes fils savent mieux jouer au foot que vous » à l’encontre de ses coéquipiers du PSG, on pensait qu’Ibra ne pourrait pas faire mieux. Pourtant, on le retrouve à nouveau devant les journalistes, et en pleine forme. En une semaine, deux sorties médiatiques. La première après l’élimination de la Suède pour la qualification à la Coupe du Monde 2014, où il avait déclaré « Un mondial sans moi, ça ne sert à rien de le regarder », et le seconde hier soir.

Des propos qui divisent

Pour les supporters parisiens, ces déclarations ne sont qu’une façon de rassembler, de fédérer. Florent, 19 ans, est supporter parisien. Pour lui, « ces propos sont propres à Ibra, et correspondent à l’image qu’il se donne : un joueur au-dessus de tout le monde mais qui ne peut être critiqué puisqu’il prouve sur le terrain que c’est un des meilleurs, en étant décisif à chaque match ». Les parisiens aiment ça, mais pas sûr que ce soit le cas de tout le monde. Guillaume, quant à lui, est supporter de l’OGC Nice. A première vue, aucune rivalité. Mais lui n’aime pas l’attitude d’Ibrahimovic : « Tout le monde accepte ces propos parce qu’ils viennent de Zlatan. Mais si Messi, qui est vu comme le footballeur parfait, disait seulement le quart de ces déclarations, le monde entier lui sauterait dessus. La presse se défoulerait, et les supporters aussi ». Mais toutes ses paroles ne sont pas toujours récentes. Déjà, lorsqu’il jouait à l’Ajax Amesterdam, il avait par exemple décrit un dribble réalisé face à Stéphane Henchoz par cette phrase : « D’abord je suis allé à gauche, lui aussi. Puis je suis allé à droite, lui aussi. Puis je suis retourné à gauche, et là, il est allé s’acheter un hot dog ».

Ibra, une quasi exception

Quel joueur pourrait décrire une action d’une telle façon ? Aucun, à moins de s’appeler Zlatan. Alors, si l’on imagine ne pas accepter ça d’autres joueurs, pourquoi le tolérer lorsqu’il s’agit d’Ibrahimovic ? Le suédois a su se créer une réputation, et grâce à ses performances sur le terrain, il est désormais presque intouchable.

Marion Pauzier