Festival de Cannes : ces photographes qui foulent le tapis rouge

0
142
Cindy Crawford sur le tapis rouge en mai 2013 © Regis Duvignau / Reuters
Cindy Crawford sur le tapis rouge en mai 2013 © Regis Duvignau / Reuters

Chaque année, seulement une centaine de photographes accède aux accréditations du célèbre Festival de Cannes.

Sourires ultra-bright, robes de créateurs, nœuds papillon, limousines, kilomètres de bobines, vingt-quatre marches. Chaque mois de mai, Cannes organise le plus grand festival du film au monde. Une course entre cinéastes pour décrocher la Palme d’Or. En réalité la compétition ne s’arrête pas là, elle se joue également chez les photographes. Ils sont des milliers à désirer LE badge qui leur permettra d’immortaliser les beaux yeux de Leonardo Di Caprio, la danse de Quentin Tarantino et Mélanie Laurent ou encore le sein baladeur de Sophie Marceau.

Un travail de rigueur

Pourtant cette année encore, ils ne seront que 330 à installer zooms et objectifs derrière les barrières qui bordent les soixante mètres de tapis rouge. Quatre rangs leur sont réservés en fonction de la diffusion et de l’importance du média qui les emploie. Seuls huit d’entre eux accèdent au Graal : ils pourront déambuler au milieu des célébrités lors de la montée des marches. François Baille, photographe pour Nice-Matin, fait partie de ces privilégiés. Depuis douze ans, il se glisse dans le smocking exigé par le protocole. « C’est une expérience unique, confie-t-il. Mais c’est un travail qui exige de la rigueur et une discipline en acier ». Le Festival du Film est une course contre la montre, deux semaines intenses durant lesquelles chaque photographe prendra en moyenne 350 clichés par jour. Aurore Maréchal a couvert les quatre derniers Festivals de Cannes. Si elle apprécie ce rendez-vous annuel parce qu’elle y retrouve ses collègues du monde entier, elle met aussi en avant l’enjeu et le stress qui en découle. Un ascenseur émotionnel scande ses journées : « les pics d’énervement et les fous rires avec les autres photographes s’entremêlent sans arrêt sur le tapis rouge ».

Rencontres et souvenirs

Malgré le rythme effréné de la quinzaine, le travail n’en reste pas moins plaisant. Croisette, soleil, palmiers, soirées privées et luxueuses, toutes les conditions sont réunies pour allier l’utile à l’agréable. Pour les photographes, c’est aussi l’occasion rêvée de faire des rencontres inoubliables. Les meilleurs souvenirs cannois de François ? Son déjeuner avec Sharon Stone ou encore sa journée sur le yacht de George Lucas.

Une concurrence rude

Derrière les paillettes et les conditions de rêve, les photographes accrédités cravachent dur pour conserver leur statut privilégié. Depuis l’arrivée des sites people sur le web, les paparazzis sont une véritable menace qui pourrait leur coûter leur place. La concurrence est rude sur la French Riviera.  

Nawal Bonnefoy et Camille Arnaud

Photo : Cindy Crawford sur le tapis rouge en mai 2013 © Regis Duvignau / Reuters