En guerre contre la prostitution

0
250

Nice, Promenade des Anglais. La nuit, les touristes laissent la place aux personnes prostituées. Elles sont étrangères, majoritairement mises sur le trottoir par un proxénète. Mais sur la Prom’, se trouvent aussi les associations de soutien qui maraudent pour aider les personnes prostituées. Malgré les dissensions des militants, la loi encourage leur travail.Mettre en prison les clients de la prostitution. C’est la proposition de loi étudiée ce mardi à l’Assemblée Nationale. Les « prostitueurs », terme créé par Osez le féminisme, pourraient écoper de six mois d’emprisonnement et de 3000 euros d’amende. A Nice plus qu’ailleurs, la prostitution est un enjeu majeur. Le développement des réseaux et la volonté répressive du procureur Eric de Montgolfier le prouvent au quotidien. Un réseau dense d’association travaille pour soutenir les personnes prostituées.

A Nice, Osez le féminisme 06, soutient la proposition : « Elle s’inscrit dans notre souhait d’abolition » explique Sandrine Bousnard, la déléguée, pour bien faire il faut également supprimer la loi contre le racolage. » Les clients doivent être punis au même titre que les proxénètes, selon Sandrine Bousnard.

Prévenir et réinsérer

Les Lucioles, association de soutien et de réinsertion des personnes prostituées s’insurgent contre cette proposition : « On applique déjà pas les lois actuelles alors il ne sert à rien d’en créer de nouvelles. A Nice, les forces de l’ordre n’interpelleront jamais les clients. » Patrick Hauvuy, le directeur rencontre plus de 400 personnes prostituées à Nice chaque année. Son association retrouve un logement et du travail aux personnes souhaitant sortir de la prostitution. « Le problème est que les clients ne viendront plus dans la rue. Donc les personnes prostituées ne sortiront plus et nous n’aurons plus de contact. Ca va développer la violence et l’impunité. »

Les Lucioles vont au delà de leurs maraudes sur les trottoirs niçois. Ils parcourent les pays de l’Est et d’Afrique pour prévenir les jeunes filles. Le Planning Familial à Nice travaille davantage sur la prévention. « Nous nous opposons à cette loi car cela revient à pénaliser les personnes prostituées, explique Diana Ramirez, une employée, Nous exigeons à Nice une réelle politique de démantèlement des réseaux mafieux. »

Pauline Amiel