Edouard Glissant: une plume au beau métissage

0
204

Edouard Glissant est mort ce matin à 82 ans. Il est reconnu dans le monde entier comme un des plus grands poètes métisses.

« Je peux changer en échangeant avec l’autre sans me perdre ni me dénaturer. » racontait Edouard Glissant dans « Tout-Monde ». Ce grand penseur à la plume poétique, s’est éteint ce matin à l’hôpital Georges Pompidou à Paris. Il avait alors 82 ans. Il est l’auteur d’une dizaines de romans, d’essais, de recueils poétiques et de théâtre. « Sa mort est une perte immense pour la littérature française et notre pays tout entier » a annoncé Martine Aubry, la première secrétaire du PS.

Il restera dans la mémoires de ses nombreux lecteurs comme un talentueux poète, philosophe et romancier. Et pour preuve, Edouard Glissant a su traiter avec finesse tous les grands sujets de notre temps: métissage, diversité, migrations, plus rien ne lui a échappé. Et dans son dernier opus, Anthologie poétique du Tout-Monde, le poète parle de la notion de l’identité-relation. Rappelons aussi qu’il avait remporté le prix Renaudot en 1958 avec La Lézarde. Il n’y a aucun doute, Edouard Glissant a ouvert la voie aux écrivains de la créolité, plus jeunes, tels que Patrick Chamoiseau.

Une page de sa vie aux Etats-Unis

Édouard Glissant était aussi un bon professeur. Il a enseigné sa philosophie pendant plus de vingt ans aux États-Unis et s’y investissait beaucoup. Il invitait ses étudiants à échanger leurs idées à l’institut du Tout-Monde. C’est Edouard Glissant, lui-même, qui a créé ce concept avec le soutien de la Maison de l’Amérique latine et de la fondation Agnès B dirigée par son épouse. Il est admirablement reconnu aux Etats-Unis comme un des meilleurs philosophe de son temps. D’ailleurs, Edouard Glissant avait écrit « L’intraitable beauté du monde » à Barack Obama juste après son élection.

Son inhumation au Diamant en Martinique devrait avoir lieu la semaine prochaine. Elle sera précédée d’hommages à Paris, à l’église de Saint-Germain des Prés ainsi qu’à la Maison d’Amérique Latine en fin de semaine.

Marine ROSSETTO