Des soldes pas si soldées

0
181

Les soldes ont débuté ce lundi à Monaco. L’occasion de dénicher quelques bonnes affaires. Costumes, chemises ou chaussures peaufineront votre garde robe. Au centre commercial Métropole, tous les magasins se prêtent au jeu des prix cassés. Si certaines marques et produits semblent inaccessibles tout au long de l’année, la période des soldes, débutée lundi à Monaco, permet souvent de peaufiner sa garde robe. Comme une sorte de compromis, entre clients et marques, les prix élevés baissent. Mais tout est relatif. Pour acheter certains produits, mieux vaut avoir un portefeuille assez garni.

Des costumes Hugo Boss soldés -20%

Au centre commercial Métropole, c’est le cas pour de nombreux clients. Chez Hugo Boss, les jeans se vendent en dessous de 150 euros, la maroquinerie à 80 euros.

Les costumes de la maison allemande sont également soldés de 20%. Pour 600 euros, ils restent chers mais leur qualité justifie ce prix. La coupe des costumes à l’avantage de s’adapter à toutes les corpulences. «Les costumes sont ce qui attire le plus les clients» expliquent la vendeuse.

Mais en période de soldes, il n’est pas rare que la clientèle ait un «coup de coeur». Le responsable du magasin sourit lorsqu’il évoque ce genre de situation. «Hier, un client est venu acheter une paire de chaussures et il est repartit avec 24 chemises!».

Des marques déstockées

Au premier étage du centre, Society Club semble déstocker sa collection Dolce & Gabana. Les vestes en cuir généralement vendues aux alentours de 600 euros sont étiquetées à 300 euros. Des prix comparables à des vestes «ordinaires». Plus accessible, Tommy Hilfiger propose une large sélection à -30% sur ses pulls. Comptez 85 euros le pull en laine. Ses manteaux sont carrément vendus à moitié prix (200 euros au lieu de 400).

Des prix qui restent quand même élevés mais qui ne font pas peur aux touristes. Les Russes étaient nombreux ce mardi en Principauté. Au magasin Gant du Métropole, ils n’hésitent pas à dépenser des centaines d’euros. L’un d’entre eux s’est même changé dans le magasin, portant son nouveau jean à 200 Euros. «Vous voulez un sac pour l’autre jean, Monsieur?» demande le vendeur. «Non, répond le client, je compte le jeter en sortant».

David Passini et Charles Manalt