Des sacs à part pour un nouveau départ

0
37
Corinne Reinsch montre le sac créé à base de CD-ROMS (crédit photo : Elodie Peyrano)

Rien ne se perd, tout se transforme. C’est le message transmis par l’association ArtSens au travers de son exposition  « Sacs à part s’accaparent » à la maison de l’environnement à Nice jusqu’au 20 décembre. 

Ce sont de drôles d’objets qui ont pris place au sein de la maison de l’environnement à Nice. Petits ou grands, des centaines de sacs faits en matériaux recyclés seront exposés pendant trois semaines. Imaginées par des artistes d’horizons différents, certaines créations sont surprenantes. Au milieu de sacs en jean ou en toile cirée, on retrouve également des cravates, des paniers à salade, des paquets de café ou encore plus original des radiographies médicales. Certains artistes vont même jusqu’à détourner d’anciens CD-ROMS, devenus obsolètes, pour proposer des petits sacs à main bijou. « C’est une façon de donner une nouvelle vie à des matériaux inattendus, » déclare Yvonne Pachiaudi membre et présidente de l’association. « On voit que la création ne connaît pas de limites.»  En effet, l’artiste américain Larry McLaughlin n’a pas hésité à proposer un sac réalisé à base de ciment et décoré de fil d’or. Cette œuvre est d’ailleurs la plus chère de la collection puisqu’elle est mise en vente au prix de 500 euros.

L’art au service de l’autre

Beaucoup plus abordables, la plupart des sacs seront vendus entre 15 et 300 euros tout au long de l’exposition. L’ensemble des bénéfices sera reversé à l’association « Osons la différence » ayant pour but de favoriser l’insertion des personnes handicapées dans la société. L’expo-vente d’ArtSens, aidera au financement de leur futur projet : le tour du Mont Blanc. « A projet insolite, exposition insolite, » déclare Corinne Reinsch, la fondatrice de l’association. « C’est une façon pour nous de transmettre un message sur le recyclage mais aussi de parler de solidarité. » Depuis sa création en 2005, l’association a toujours mis un point d’honneur à la sensibilisation au recyclage tout en s’impliquant dans d’autres causes. Elle organise régulièrement des ateliers pour enfants mais aussi pour les adultes. Certains sacs de l’exposition ont d’ailleurs été faits par des handicapés et des personnes en réinsertion.  « L’art se met au service de l’humanisme,» souligne la fondatrice de l’association.

Sylvie Célimène et Elodie Peyrano

Crédit photo: Elodie Peyrano